Google restreint l’accès d’Android à Huawei

Huawei a appris, ce lundi 20 mai 2019, que son accès à certaines applications et services Android, comme Google Play Store, Gmail, Search et Chrome était dorénavant restreint.

D’après le journal Reuters, cette décision signifie que le constructeur de téléphone sera limité dans son utilisation de la version publique d’Android appelée Android Open Source Project (AOSP).

La firme de Mountain View interdit au fabricant chinois de téléphones et de tablettes d’intégrer le logiciel Google et les applications de base dans l’un de ses futurs produits.

 

Les engagements de Huawei face aux restrictions de Google

Le fabricant chinois continuera à fournir des mises à jour liées à la sécurité et un service après-vente pour tous les smartphones et tablettes existants. Par existant, le fabricant précise qu’il s’agit des produits déjà vendus ou encore en stock dans le monde.

Étant donné qu’Android est un système d’exploitation open source, le constructeur de téléphones peut théoriquement utiliser les mises à jour de la version publique du système d’exploitation, qui inclurait le prochain Android Q, pour poursuivre le développement de ses smartphones.

Toutefois, la perte de Google Play Store et l’absence de mises à jour de sécurité de Google pourraient constituer un inconvénient majeur pour le développement du fabricant chinois.

 

Un coup fatal pour Huawei ?

Les relations entre la Chine et les Etats-Unis deviennent extrêmement tendues. En effet, le gouvernement américain ayant ajouté le fabricant chinois sur une liste noire commerciale, il sera difficile pour ce dernier de travailler avec ses partenaires et fournisseurs américains.

Par exemple, la liste noire empêchera au constructeur de smartphones d’acheter des composants clés à des sociétés américaines telles que les processeurs de Qualcomm et d’Intel, qui ont vu leur valeur chuter immédiatement après l’annonce de l’administration Trump, selon le Financial Times.

A cela s’ajoute le fait que la société de technologie a récemment été interdite de contribuer à l’infrastructure 5G en Amérique. L’Australie et le Royaume-Uni ont suivi les américains en interdisant le fabriquant de contribuer à la mise en place de la 5G dans leurs pays.

 

La réaction de Huawei face à la mise sur liste noire

L’entreprise chinoise a récemment indiqué qu’elle avait déjà prévu de gérer à la fois les restrictions commerciales américaines et les problèmes liés à l’utilisation d’Android sur ses appareils. En mars dernier, un dirigeant de l’entreprise technologique avait révélé que la société avait construit son propre système d’exploitation pour PC et mobile dans le cas où une telle situation se produirait.

 

La rupture des liens entre Google et Huawei nuira vraisemblablement à l’attrait des produits de la société hors du territoire chinois. L’effet à long terme sur le fabriquant pourrait être dramatique.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter