Shiru Café, l’établissement où l’on paye ses boissons avec ses données personnelles

Pour ceux qui doutent que leurs informations personnelles sont une ressource à part entière, une chaîne japonaise vient de leur prouver définitivement. Cette chaîne, c’est Shiru Café. Vous pouvez y consommer ce que vous voulez sans y débourser un seul centime. En effet, vous payez avec vos données personnelles.

 

Shiru Café, un concept qui a fait ses preuves

L’enseigne japonaise a développé un concept qui a fait ses preuves. Il existe déjà une vingtaine d’établissements du genre au Japon et en Inde. Le premier ouvert sur le sol américain s’est installé à Providence au cœur même du campus de l’université de Brown. Un choix évident quand on sait que ces établissements sont réservés aux étudiants.

En effet, le concept est simple : les étudiants s’inscrivent sur Internet, remplissent leurs informations et acceptent qu’elles soient partagées. En échange, ils obtiennent un accès à l’établissement où ils ne payent pas pour leurs consommations. De son côté, l’enseigne travaille avec des entreprises qui souhaitent cibler les étudiants.

 

>>A lire aussi : Yondr, un étui pour séparer les spectateurs de leurs smartphones

 

De la publicité partout

Ces informations offrent aux étudiants des consommations gratuites, mais ils doivent, en échange, accepter de recevoir des publicités ciblées et de répondre périodiquement à des sondages. Les partenariats entre la chaîne japonaise et les entreprises sont nombreux. En effet, elles y voient une excellente occasion de toucher une cible très précise.

Même lorsqu’ils sont dans les établissements de la chaîne, les étudiants sont bombardés par les messages publicitaires. Des écrans diffusent en permanences des publicités. Même les serveurs sont formés pour vanter les mérites des marques partenaires. D’après la chaîne, c’est également un bon moyen de présenter des possibilités d’avenir et de carrière à ces futurs diplômés qui rechercheront bientôt un emploi.

 

Shiru Café, un concept critiqué

Évidemment, un tel concept n’a pas échappé aux critiques. Elles sont assez nombreuses et émanent aussi bien des étudiants que des professeurs. Certains émettent la remarque que les données partagées doivent forcément rapporter plus qu’elle ne coûte à la chaîne. Les étudiants sont dépouillés de leur vie privée contre une boisson chaude. Ce concept rapporte des millions de dollars à l’enseigne Japonaise.

De plus, un professeur d’informatique de l’université de Brown a également fait remarquer que la connexion gratuite au Wi-Fi permettait aux propriétaires de collecter de nombreuses informations. Certes, l’enseigne japonaise assure que l’anonymat est préservé envers et contre tout. Cependant, les algorithmes permettant de relier les informations personnelles à l’utilisation d’internet sont nombreux. Il est donc fort probable qu’une partie des informations vendues ne soient jamais « achetées » aux étudiants.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter