Back On 2018 : les start-ups françaises lèvent plus de 50 millions d’euros en sept jours

Du 1er au 7 décembre 2018, les start-ups françaises ont réussi à lever 51 millions d’euros. Un montant impressionnant et hors du commun, surtout sur une si courte période. D’autant plus que cette levée de fonds globale et record a été réalisée par seulement dix start-ups différentes. Voilà qui a permis à l’année 2018 de se finir en beauté. Il faut également rappelé que pendant l’été 2018 les levées de fonds avaient battu des records.

 

Un montant qui en déçoit certains

Près de 52 millions de fonds levés, c’est une belle somme. Les start-ups concernées peuvent regarder un peu plus sereinement l’année 2019. Pourtant, certains observateurs de la vie économique ont témoigné leur déception face à ce montant qu’ils ne trouvent pas assez élevée. Cependant, il reste dans la moyenne des levées de fonds réalisées sur de si courtes périodes.

C’est justement cela qui a déçu. Après un mois de novembre particulièrement ralenti et difficile pour l’économie des start-ups françaises, tous les observateurs et investisseurs auraient aimé voir un rebond massif s’opérer. À la place, il faudra se contenter d’un retour à la normale, que certains trouvent tout de même encourageant.

 

>> A lire aussi : levée de fonds record pour les startups françaises durant l’été 2018

 

Une grande disparité

Évidemment, comme toujours, ces 51 millions d’euros investis sont très inégalement répartis parmi les 10 start-ups présentes dans la liste. Ainsi, la start-up agricole Agricool a réalisé à elle seule une levée de fonds de 25 millions d’euros, soit près de la moitié du total. Sentryo, spécialisée dans la cybersécurité, a réalisé une levée de fonds de 10 millions d’euros.

On descend ensuite rapidement à 6 millions, puis quatre, puis trois et enfin, 1,7 million d’euros. Les quatre dernières start-ups de la liste ne parviennent pas, quant à elle, à dépasser le seuil symbolique du million. Certaines levées de fonds n’auront donc pas atteint les attentes des jeunes pousses.

 

Un développement continu

Malgré tout, ces investissements vont permettre aux entreprises concernées de se développer encore davantage en 2019. Agricool par exemple, qui doit le montant de sa levée de fonds à ses investisseurs historiques, comme Danone, va pouvoir embaucher 200 personnes jusqu’en 2021. La start-up a également prévu de multiplier par 100 sa production en France et à Dubaï.

La troisième place de cette liste de dix start-ups est occupée par Blue Valet, une start-up de voituriers. Avec ces 6 millions récoltés qui viennent de très nombreux investisseurs, l’entreprise va essayer de développer son offre pour les professionnels sur un marché déjà saturé et difficile à conquérir. Le montant de la levée de fonds a peut-être déçu certains observateurs, mais ils continuent d’espérer que ces entreprises se montreront à la hauteur de leurs ambitions.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter