Une start-up américaine découvre une solution naturelle pour remplacer les engrais chimiques

Les engrais chimiques, même si nous en entendons moins parler que les pesticides, sont une source importante de pollution des sols. En modifiant agressivement leurs compositions, ils participent à les appauvrir et accroissent l’impact négatif de la monoculture sur les écosystèmes. Pour répondre à ce problème sans sacrifier l’efficacité de l’agriculture moderne, une start-up américaine a développé un engrais naturel à base de probiotiques.

 

Des engrais chimiques inutiles et dangereux

Les engrais chimiques sont dangereux pour notre santé parce qu’ils finissent par se transformer en nitrate au contact des plantes et de la terre. Ce nitrate va alors se déposer dans les nappes phréatiques, se répandre dans les cours d’eau, les rivières et jusque dans les océans. Or, il est toxique pour bien des êtres vivants, notamment les humains. En Bretagne, par exemple, il est recommandé de ne pas boire l’eau du robinet à cause de la forte concentration de nitrate.

En plus, les engrais chimiques représentent un important gaspillage d’énergie, de temps et d’argent. Leur fabrication représente à elle seule deux pourcents de la totalité de la consommation d’énergie mondiale. Ensuite, leur pulvérisation sur les plantes est un processus peu efficace et l’engrais se disperse largement dans l’air, ce qui représente un gaspillage important.

 

>> A lire aussi : la première ferme urbaine verticale sera construite à Romainville

 

Exploiter le potentiel des plantes

Pour toutes ces raisons, la start-up américaine PivotBio a décidé de fabriquer un nouveau genre d’engrais naturel qui utilise les probiotiques. Les probiotiques sont des micro-organismes capables de fixer l’azote atmosphérique. Ainsi, les probiotiques permettent aux plantes qui les produisent de nourrir la terre en azote. Cet azote est ensuite réutilisé par les plantes comme engrais.

Cependant, ces probiotiques ne sont pas présents dans toutes les plantes, mais surtout chez les légumineuses. Voilà pourquoi l’agriculture traditionnelle alterne souvent d’une année sur l’autre entre du blé et de la luzerne, pour permettre au sol de se régénérer. La start-up PivotBio a, quant à elle, trouvé le moyen de permettre à n’importe quelle plante de fixer l’azote atmosphérique.

 

>> A lire aussi : Alancienne, des produits bio cueillis le matin, chez vous le soir

 

Une véritable révolution pour l’agriculture

Cette découverte pourrait rapidement devenir une petite révolution pour l’agriculture biologique et mondiale. Avec son fertilisant liquide, pour le moment compatible seulement avec le maïs, la start-up permet aux agriculteurs d’agir dès la plantation en versant le fertilisant à base de probiotique dans le sillon et sur les graines.

Ainsi, des microbes vont se développer et permettre à la plante de fixer l’azote atmosphérique sur ses racines pendant toute la durée de sa pousse. Cela représente un immense gain de temps et d’argent parce qu’il suffira d’appliquer l’engrais une seule fois au début de la saison. En effet, les microbes ne pourront pas être délogés par la pluie ou le vent. Une véritable révolution qui profitera grandement aux agriculteurs.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter