Comment se préparer aux interviews ? – Partie 5/6

Dans notre précédent article, vous avez découvert les étapes préliminaires essentielles pour bâtir votre stratégie de Relations Presse de la manière la plus “sécurisée”.

  • Vous vous en rappelez : le journaliste attend de l’information à valeur ajoutée pour ses lecteurs.
  • Vous êtes sur le point d’annoncer quelque chose de pertinent
  • Vous avez préparé vos EDL
  • Vous lui avez envoyé votre communiqué de presse
  • Vous l’avez relancé de manière pertinente pour lui proposer d’en discuter plus avant avec lui
  • Il est partant
  • Vous êtes donc en chemin pour votre interview !

Mais là encore, cette étape se prépare ; comme vous le feriez pour aller pitcher votre start up devant un collège d’investisseurs ! Parce que vous n’avez que quelques minutes pour convaincre.

Comment réussir son interview ?

Le journaliste fait son travail en rapportant et analysant ce qu’il entend/comprend. L’interview doit contribuer à éclairer le journaliste sur le sujet qu’il souhaite traiter.

Le choix de la sémantique est dès lors très important.

1/ On prépare son interview

  • On se renseigne sur la publication, les angles habituellement abordés, sur son lectorat.
  • On se renseigne sur la plume du journaliste : quel est son ton habituel, ses angles de prédilection ?
  • En fonction de ces éléments, on prépare des éléments de langage spécifiques pour lui : Quel est le message clé que je souhaite lui faire passer ? Quels sont les messages secondaires ? Quels sont les éléments de preuve pour étayer mon propos ?
  • On anticipe toutes les questions qui pourraient être posées (on réalise donc un Q&A).

2/ Pendant l’interview

  • On prend la parole en premier et on restitue le contexte de l’interview.
  • On garde en tête que c’est une conversation et non un monologue. On est concis.
  • On s’exprime sur un ton naturel.
  • On s’assure dès l’introduction de présenter brièvement sa société (ADN, histoire, ADN, actu).
  • On valider son niveau de compréhension et on évite tout jargon interne ou professionnel.
  • On répond à ses questions sans dévier.
  • On lui offre de la matière car il cherche avant tout de l’information (non marketée). On illustre avec des exemples ou des métaphores, on relie les propos à des faits d’actualité ou à une étude récente.
  • Si à la fin de l’interview, vous avez le sentiment d’être passé à côté et de ne pas avoir abordé un sujet qui vous semblait important, n’hésitez pas à recadrer le débat.
  • Surtout, prenez plaisir !

Ce que l’on ne doit pas faire

  • Lui parler en “off”. Ca n’existe pas en presse : tout ce que vous lui dites sera susceptible d’être repris.
  • Tenter de lui en dire trop. Restez focus sur les messages que vous souhaitez lui faire passer.
  • Lui demander de relire l’article avant publication.
  • Lui demander quand l’article sera publié.
  • Lui parler des autres interviews ou articles parus sur vous.

Ce que vous pouvez lui proposer

  • Lui demander s’il a besoin d’un visuel : photo, illustration.
  • Lui proposer de revenir vers vous s’il avait la moindre question.

On vous en a parlé dans un précédent article ; le média training reste le meilleur entrainement ! Car vous plonger dans une “vraie-fausse” interview est la meilleure manière d’acquérir une bonne méthodologie, détecter les points forts mais aussi les points faibles ; et prendre conscience de son image pour améliorer sa prestation.

Lire plus d’articles sur DigiTechnologie :
– Les raisons de communiquer dans la presse, cliquez-ici
– Les principales étapes de le communication presse, cliquez-ici
– Les astuces pour bien communqiuer avec la presse, cliquez-ici
– Définir la personne qui prend la parole face aux journaliste, cliquez-ici

Share This