Mission Artemis : Blue Origin attaque la Nasa devant un tribunal fédéral

À la demande de l’ex-président américain Donald Trump, en avril 2019, la Nasa a avancé de 4 ans l’exécution du programme Artemis. L’institution s’est alors trouvée dans l’obligation de sous-traiter certaines opérations, dont la construction d’un module d’atterrissage. Ainsi, en 2020, Blue Origin a présenté à la Nasa la maquette de l’engin, dans l’espoir d’être sélectionné pour sa réalisation. Cependant, l’Agence Spatiale Américaine a choisi SpaceX, la société d’Elon Musk.

 

 

Blue Origin conteste le choix de la NASA devant la justice

Suite à la décision de la NASA de choisir SpaceX, Blue Origin a déposé une plainte auprès du US Government Accountability Office (GAO) des États-Unis. Cette dernière ayant été rejetée, le société de Jeff Bezos a décidé d’intenter une action en justice devant un tribunal fédéral. Cette nouvelle action implique une nouvelle suspension du contrat de SpaceX qui devrait avoir lieu pendant toute la durée du jugement.

 

 

Une maquette grandeur nature de l’atterrisseur lunaire

Bien que le respect des délais et le choix du fournisseur reste incertain, de son côté, Blue Origin souhaite construire le module d’atterrissage pour la réalisation du projet. En effet, la société de Jeff Bezos a livré une maquette grandeur nature de l’engin au Johnson Space Center de la Nasa. Avec un budget de 579 millions de dollars alloué par la Nasa, Blue Origin propose un alunisseur de 12 mètres, composé d’un étage de descente, d’un module de transfert et d’un véhicule d’ascension.

 

 

Les objectifs du projet Artemis

Il y a 50 ans environ, le programme Apollo 11 a permis à l’homme de faire ses premiers pas sur la lune. Pendant que le monde commémore ce fait historique, la Nasa prépare une seconde expédition sur l’astre, mais cette fois pour y rester. Tel est donc l’objectif de la mission Artemis dont la mise en œuvre est à présent prévue pour 2024, et non plus 2028. Cette mise en œuvre s’effectuera en plusieurs phases échelonnées dans le temps.

La Nasa compte avant tout construire une station spatiale du nom de Gateway qui sera en orbite autour de la lune. C’est de cette dernière que les deux astronautes (un homme et une femme), désignés pour l’expédition, pourront embarquer pour la lune à bord d’un module d’atterrissage. Ils séjourneront sur le satellite pendant six jours et demi en guise de prémisse à d’autres allers et retours pour une étude plus complète de l’astre.

 

 

Lire plus d’articles sur DigiTechnologie :
– Découvrez le projet chinois de station spatiale, cliquez-ici
– Découvrez le portrait du milliardaire Elon Musk, cliquez-ici
– Découvrez les séries à voir sur Netflix en septembre 2021, cliquez-ici
– Découvrez les nouveautés et le prix de l’iPhone 13, cliquez-ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter