Phishing : l’IA peut-elle vous aider à vous protéger convenablement ?

L’Intelligence Artificielle a fait son apparition il y a une soixantaine d’années pour donner la réplique à l’intelligence humaine dans certains domaines d’activités. En cybersécurité, elle est devenue un outil de choix pour lutter contre le phishing. Mais, assure-t-elle une protection convenable ?

 

 

L’IA, une méthode de protection très efficace

Ces dernières années, les attaques de pirates ont connu une envolée stratosphérique. Cela s’explique en partie par la recherche constante de données et d’informations sur internet. En ce sens, la protection des données personnelles est devenue un sujet vital pour les grandes maisons informatiques.

Dans le cadre de la protection des données, l’Intelligence Artificielle agit comme une vigie anti phishing qui surveille en permanence les comptes personnels des utilisateurs. Elle apprend et comprend les habitudes de chaque utilisateur afin de détecter les attitudes suspectes. Il est même possible de faire une simulation de phishing pour tester sa réactivité.

Cela dit, l’importance du marché a engendré une forte dynamique dans la conception des systèmes. Le résultat est la grande diversité observée dans le fonctionnement des intelligences artificielles. Alors que certains s’occupent de protéger des menaces sur les réseaux sociaux, les terminaux et les Clouds des entreprises ou des particuliers, d’autres préfèrent étudier le trafic réseau sur les « environnements on-permise ».

 

 

L’Intelligence Artificielle contre le phishing, une efficacité à relativiser

Aujourd’hui, il est indéniable que l’IA constitue un formidable outil de protection contre le phishing. Malheureusement, elle ne saurait garantir la parfaite sécurité des données.

En effet, la plupart des IA disponibles sur le marché « se contentent » d’assimiler le comportement des utilisateurs pour détecter les comportements suspects. Elles ne développent donc pas des réponses adaptées. Il s’agit en somme d’une méthode qui permet de réduire les fausses alertes afin de se concentrer sur des problèmes plus précis.

Toutefois, certaines marques proposent aujourd’hui des systèmes d’alarme et des réponses préconfigurés, mais le résultat ne correspond pas aux attentes. Les réponses autonomes sont loin d’être satisfaisantes.

Cela dit, l’une des meilleures façons de protéger son système et d’en faire la surveillance par une IA. Mais même dans cette situation, il peut arriver qu’un dysfonctionnement mette à mal toute l’organisation. Heureusement, les IA offensives et dangereuses relèvent encore du mythe.

En fin de compte, la machine ne supplantera jamais l’humain.

 

 

La prudence avant tout

Au vu de toutes les implications de l’IA, il semble évident que les méthodes classiques de protection contre le phishing ne sont pas à négliger.

Pour rappel, le phishing est une fraude d’escroquerie qui consiste à recueillir des coordonnées bancaires et/ou des informations sensibles chez un utilisateur en se faisant passer pour un partenaire légitime. Pour se protéger, il est conseillé d’accorder une attention particulière aux courriels douteux. Il ne faut surtout pas cliquer sur les pièces jointes des mails qui semblent suspects. Cela dit, il est possible de faire appel à un spécialiste de la protection comme Mailinblack pour la sécurisation des mails et données personnelles.

De même, il est conseillé de vérifier la fiabilité d’un site web avant toute opération financière. Cela dit, il ne faut en aucun cas communiquer des informations sensibles comme les coordonnées bancaires ou un mot de passe à travers un mail. Une structure sérieuse ne demandera jamais à ses partenaires de donner de telles informations via ce canal.

Par ailleurs, il est fortement recommandé d’utiliser un filtre de filoutage lors des navigations. Au besoin, il ne faut pas hésiter à vérifier l’authenticité des sites visités (les sites web sécurisés ont une adresse commençant par « https »). En outre, il est possible d’utiliser des logiciels anti-pourriel pour filtrer les courriels. Les mails indésirables sont alors directement envoyés dans les spams.

 

 

Lire plus d’articles sur DigiTechnologie :
– Découvrez les techniques pour bloquer un spam téléphonique, cliquez-ici
– Découvrez les astuces pour utiliser un convertisseur youtube MP3, cliquez-ici
– Découvrez le fonctionnement d’une imprimante 3D, cliquez-ici
– Découvrez le service de messagerie français Mailo, cliquez-ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter