La sonde Hayabusa 2 a réussi à poser un robot sur un astéroïde

C’est un exploit technique rare et un événement scientifique majeur qui permettront sans doute d’obtenir de précieuses informations et d’aider à faire avancer la conquête spatiale. Une sonde spatiale a pu poser un robot appelé Mascot sur un astéroïde du nom de Ryugu, après presque quatre années de voyage à travers l’espace. Le robot franco-allemand Mascot va pouvoir analyser ce gros caillou.

 

Un exploit technique

Pour se rendre compte de l’exploit technique majeur que cette réussite représente, il faut comprendre les objectifs de la mission lancée par le Japon en 2014. Le satellite Nippon a donc été lancé dans l’espace en décembre 2014 et a voyagé jusqu’à un point de rencontre calculé quatre ans avant par les scientifiques japonais.

Une fois le corps céleste atteint, Hayabusa 2 s’est positionnée dans son orbite et tournera autour jusqu’au mois de décembre 2019. Pendant cette année en orbite, la sonde va déposer plusieurs robots à la surface pour analyser la composition du sol. Ensuite, et c’est sans doute le plus incroyable, les scientifiques ont prévu que Hayabusa 2 revienne sur Terre en profitant du passage de l’astéroïde non loin de notre planète.

 

Une sonde précieuse

Il est rare que les structures et les appareils envoyés dans l’espace reviennent sur Terre, mais pour Hayabusa 2, son retour sur notre planète est une condition importante de la réussite de la mission. Pourquoi ? Parce que lorsque le satellite japonais sera suffisamment proche de l’astéroïde, dans quelques mois, il y enverra un projectile pour provoquer une explosion et récupérer des morceaux de la surface.

Elle quittera donc l’orbite de Ryugu fin 2019 pour arriver sur Terre à la fin de l’année 2020. Les morceaux qu’elle aura collectés pourront alors être analysés par les scientifiques japonais qui espèrent bien y faire de nombreuses découvertes. En attendant, les robots déjà présents à la surface, dont l’atterrisseur franco-allemand Mascot, analysent la température et la configuration des lieux. Ils transmettent leurs analyses complètes au satellite japonais qui en transmet le maximum à la Terre.

 

De belles images et un bel avenir

Pour le moment, aux yeux du grand public, cet exploit réalisé sur l’astéroïde Ryugu est surtout l’occasion d’obtenir des photos hors du commun. De quoi nous donner le vertige lorsqu’on les regarde en pensant qu’elles ont été prises à des centaines de milliers de kilomètres de notre planète Terre. Pourtant, cette mission ouvre d’autres perspectives encore plus vertigineuses.

En effet, la réussite d’un tel exploit, surtout si la mission se conclut par un retour de la sonde, ouvre les portes de l’exploitation des corps célestes qui traversent l’espace. Ils sont nombreux et il n’est pas impensable qu’ils regorgent de ressources précieuses. Cette mission pourrait donc, potentiellement, ouvrir les portes d’une exploitation industrielle de l’espace, avec tous les dangers que cela comporte, mais aussi avec l’accélération que cela donnera au financement de la recherche.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter