Une batterie éternelle ? Betavolt fait rêver, mais…

C’est LA promesse qui affole la planète tech : une batterie capable de fonctionner 50 ans sans jamais avoir besoin d’être rechargée ! C’est le projet présenté par la start-up chinoise Betavolt, qui a miniaturisé le principe de la batterie à énergie atomique pour en faire un format portable révolutionnaire. Mais faut-il vraiment y croire ?

Tout commence par une technologie éprouvée

Le concept dévoilé par Betavolt n’est pas vraiment une découverte inédite. La batterie à énergie atomique existe depuis longtemps, notamment dans des équipements militaires comme les sous-marins nucléaires. Son principe repose sur la désintégration contrôlée d’isotopes radioactifs, produisant de l’électricité de façon continue sur plusieurs décennies.

Jusqu’à présent, cette technologie nécessitait des infrastructures imposantes. L’innovation de Betavolt est d’avoir réussi à miniaturiser le processus de fission nucléaire pour pouvoir l’intégrer dans un petit boîtier portable. De quoi ouvrir des perspectives inédites !

Un prototype prometteur, mais encore limité

La batterie atomique présentée par la start-up chinoise tient pour l’instant dans un module de la taille d’une pièce de monnaie. De quoi faire rêver, quand on connaît l’encombrement des batteries lithium actuelles. Surtout, Betavolt assure qu’elle délivrera une puissance fixe pendant 50 ans, grâce à sa source d’énergie interne pratiquement inépuisable…

Cependant, ne jetez pas encore votre chargeur ! En effet, pour l’instant, ce démonstrateur ne délivre que 1 Watt de capacité, très en dessous des besoins d’un smartphone. Il faudra attendre les prochaines années pour savoir si Betavolt parvient à hisser les performances de sa batterie nucléaire portable à un niveau suffisant pour révolutionner le marché de l’électronique grand public.

Des promesses à confirmer par des tests grandeur nature

Certes, cette batterie miniature aussi durable qu’une pile nucléaire laisse rêveur. Cependant, Betavolt en est encore au prototype, et de nombreux défis d’ingénierie restent à surmonter pour transformer l’essai. L’entreprise chinoise va maintenant lancer des tests dans des dimensions plus proches des applications réelles, pour examiner la faisabilité technique et économique d’une production de masse.

Pour l’heure, la capacité délivrée est beaucoup trop faible pour espérer équiper nos appareils mobiles. Et rien n’indique que la start-up parviendra à amplifier suffisamment cette puissance tout en gardant un format compact…

Révolution des batteries : attendons avant de vendre la mèche

Bref, cette annonce prometteuse est surtout un très bon coup de communication pour Betavolt Technology, qui entend bien profiter de cette exposition médiatique pour lever des fonds. Mais entre la présentation tonitruante et la concrétisation réelle, il y a souvent un gouffre. Et malgré notre envie d’y croire, il semble bien prématuré d’enterrer les batteries classiques.

Alors certes, l’idée d’une autonomie éternelle grâce à l’énergie nucléaire embarquée nous fait rêver. Mais attendons de voir émerger les premiers prototypes viables avant de vendre la mèche de nos chargeurs. Le chemin vers cette révolution énergétique sera probablement encore long !

Lire plus d’articles sur DigiTechnologie :
– iOS 17 protège les iPhone des voleurs, cliquez-ici
– Mixijob, le nouveau Job Board inclusif, cliquez-ici
– Gérer les inventaires avec la solution Timly, cliquez-ici
– Suivre les garanties de financement avec Pono, cliquez-ici
– La puce Neuralink implantée dans un cerveau humain, cliquez-ici