Emmanuel Bourcet, CEO d’Un Seul Geste

Vous avez un parcours assez riche : de la production audiovisuelle à la startup à impact en passant par la SACEM. Quel est votre fil rouge ?

Mon fil conducteur c’est d’être utile aux autres ! Aux artistes et aux créateurs pour commencer, à chaque citoyen maintenant, avec l’objectif de permettre à chacun de connaitre les gestes qui sauvent.

D’où vous est venue l’idée de lancer D’un seul geste ?

J’ai eu la chance d’apprendre les gestes de premiers secours au lycée, et la malchance de devoir les pratiquer ensuite lors d’une situation dramatique. Le jour où j’ai pris conscience que l’on pourrait sauver 20 000 personnes chaque année rien qu’en France, si seulement on passait de 20% à 80% des Français formés au secourisme, j’ai voulu m’engager pour que chacun d’entre nous puisse enfin connaitre et maitriser ces gestes simples.

Vous êtes 4 fondateurs-entrepreneurs (Emmanuel Bourcet, Ludovic Fagot, Nicolas Guerchet et Bernard Périco), quel est le petit plus qui fait votre complémentarité et vous permet de voir loin ?

La complémentarité de nos profils a permis de gagner un temps considérable lors de la création de D’un Seul Geste : un entrepreneur, un expert en réalité virtuelle, un général ayant commandé la Brigade de Sapeurs-Pompiers de Paris (BSPP) et un spécialiste de l’apprentissage des gestes de premiers secours ; nous étions faits pour nous rencontrer !

Mais ce qui fait notre petit plus, c’est assurément notre volonté commune de participer à développer une culture des gestes qui sauvent en France. C’est ce qui nous lie et ce qui fait notre force au quotidien.

61% des Français n’ont pas le réflexe immédiat de pratiquer un massage cardiaque face à une personne inconsciente qui ne respire pas… Est-ce qu’on ne devrait pas imposer des formations aux premiers secours à l’école, notamment au travers de votre solution ?

C’est déjà le casau collège, puisque tous les élèves en classe de troisième sont censés recevoir laformation PSC1 (Premiers Secours de Niveau 1), mais dans les faits cela ne concerne qu’un élève sur deux.

Pour créer une culture des premiers secours, il faut recycler ses compétences en pratiquant tout au long de sa vie, et notamment au travail.

Notre solution s’adresse aujourd’hui aux collaborateurs des entreprises et des collectivités car c’est là ou l’enjeu de la formation est important et ou de nombreuses personnes ne sont pas formées. En proposant une formation courte et individuelle grâce à la réalité virtuelle, nous nous assurons de la disponibilité de tous les collaborateurs, même les plus occupés.

En quoi est-ce que l’immersive learning et la réalité virtuelle peuvent être une solution pour davantage sensibiliser et engager aux premiers secours ?

Les avantages de la réalité virtuelle dans l’apprentissage des gestes de premiers secours sont nombreux :

  • La concentration est totale grâce au casque de réalité virtuelle. Il suffit d’en porter un pour s’en rendre compte ;
  • L’immersion permet de vivre un cas pratique au plus près du réel, dans des conditions d’intervention difficilement reproductible dans une salle de formation classique. Tout en massant sur le mannequin de secourisme, l’apprenant vit une situation d’urgence réaliste et voit une victime dans son casque ;
  • La mémorisation des gestes est plus forte et plus durable car c’est la mémoire émotionnelle qui est activée ;
  • Elle permet de former sur des temps plus courts et donc de toucher plus de personnes.

La réalité virtuelle est également un bon moyen de susciter l’intérêt et de mobiliser sur des formations éloignées du cœur de métier.

Vous vous adressez essentiellement aux entreprises (qui rappelons-le, ont une obligation de sensibilisation de leurs salariés aux premiers secours). Est-ce que spontanément elles pensent « premiers secours » quand il est question de dessiner leur stratégie de formation ?

L’employeur est tenu par la loi de prendre toutes les mesures nécessaires pour assurer la sécurité et protéger la santé physique et mentale de ses salariés

Les entreprises se sont longtemps cantonnées à assurer la formation d’un petit nombre de collaborateurs à travers des formations longues (Sauveteur Secouriste du Travail : 2 jours de formation).

Ce manque d’ambition évolue positivement grâce au développement des politiques RSE et des actions liées à la Qualité de Vie au Travail. Nous rencontrons des entreprises qui adoptent de plus en plus une démarche de généralisation des formations « premiers secours ». Elles souhaitent former un maximum de collaborateurs, collaborateurs qui sont d’ailleurs les premiers demandeurs.

D’un Seul Geste entend devenir l’acteur Tech de référence en matière de formation aux premiers secours. Quelle est votre stratégie ?

La création de D’un Seul Geste est arrivée au même moment que la politique volontariste de l’Etat en matière de formation aux premiers secours. Adopté en 2018, le plan Santé du gouvernement prévoit d’atteindre 80% de la population formée. Concrètement les collectivités ont désormais la nécessité de former au moins 80% de leurs agents à ces gestes essentiels.

Nous nous inscrivons dans cette vision collective et citoyenne. N’oublions pas que nous sommes tous le premier maillon de la chaine des secours et que sans ce premier maillon, les services d’urgence ne peuvent fonctionner efficacement.

A travers notre réseau de formateurs, et sur tout le territoire français, nous accompagnons en direct plus de 110 collectivités et entreprises grâce à notre formation courte et innovante. Nous pouvons citer BlaBlaCar, EDF, Enedis, Paris Habitat, Sncf, Veolia Eau, l’Université Grenoble Alpes, la Métropole du Grand Paris, ou encore les Villes de Bar-le-Duc, Neuilly-sur-Seine, Suresnes.

Et afin de démultiplier notre impact, nous proposons également un modèle d’abonnement à destination des organismes de formation et des grandes entreprises, ce qui leur permet d’organiser en toute autonomie leurs sessions de formation en réalité virtuelle.

Il nous semble que vous cherchez à lever des fonds. Pouvez-vous nous en dire plus ?

Nous sommes particulièrement satisfaits des retours de nos partenaires et des apprenants, qui sont 97% à recommander notre formation ! Cela nous conforte dans notre capacité à développer de nouvelles formations dans le domaine de la prévention et des gestes qui sauvent.

Nous souhaitons lever près de 2 millions d’euros pour créer notre catalogue de formations, et accélérer la commercialisation de nos solutions.

Lorsque 80% de la population sera formée aux premiers secours, quelle chanson mettrez-vous à fond ?

« Ha Ha Ha Ha, Staying Alive Staying Alive ! » Merci les Bee Gees de nous donner le bon rythme pour la pratique du massage cardiaque !

Lire plus d’articles sur DigiTechnologie :
– Arrêter le gaspillage avec la startup antigaspi, cliquez-ici
– Améliorer l’acquisition et la fidélisation clients, cliquez-ici
– Retency, la solution d’anonymisation de la donnée, cliquez-ici

Share This