Gatewatcher déploie un outil de détection des cyberattaques

Gatewatcher, le spécialiste des logiciels de cybersécurité a annoncé, le lundi 14 février, avoir réalisé sa première levée de fonds depuis sa création en 2015. Le tour de table réalisé s’élève à 15 millions d’euros.

Des solutions avancées pour identifier les intrusions

La startup Gatewatcher commercialise des solutions de détection d’intrusions « avancées » qui sont accessibles aux institutions publiques comme aux organisations critiques.

Depuis sa création, Gatewatcher s’est toujours autofinancée. En 2019, sa solution Trackwatch a été certifiée par l’Agence nationale de la sécurité des systèmes d’information (ANSSI). Cette solution permet d’assurer la protection des réseaux critiques des grands opérateurs, notamment ceux d’importance vitale. En effet, Trackwatch est capable de détecter en temps réel les menaces les plus avancées en cas de cyberattaques.

La jeune pousse a également mis en place une plateforme Network Detection & Response ou NDR qui combine l’intelligence artificielle à des systèmes de cartographie pour appréhender les intrusions malveillantes ou suspectes afin d’anticiper les cybermenaces.

LastInfoSec, quant à lui, est un logiciel qui offre des informations sur l’évolution rapide des menaces ciblées sur un secteur ou sur une organisation spécifique. Il permet de réduire les fausses alertes tout en augmentant la réactivité des analystes.

Gatewatcher, une expansion à l’international

La jeune pousse Gatewatcher compte actuellement plus de 70 salariés en France, en Europe, en Afrique du Nord, en Asie et au Moyen-Orient. Grâce à ce financement, elle prévoit de s’implanter encore plus à l’international en ouvrant 200 nouveaux postes dans le monde dans les prochains mois. Son objectif est d’atteindre un chiffre d’affaires annuel de 90 millions d’euros dans les cinq prochaines années.

Elle ambitionne également de renforcer sa R&D afin d’offrir des solutions qui s’adaptent à toutes les entreprises. Gatewatcher souhaite aussi renforcer ses équipes, notamment commerciales.

La startup s’est également installée dans le nouveau bâtiment Campus Cyber, inauguré dernièrement. Cette structure va regrouper les entreprises du secteur de la défense, les services de l’État, les acteurs de la recherche, les organismes de formation et les associations.

Lire plus d’articles sur DigiTechnologie :
– HarfangLab détecte les cyberattaques, cliquez-ici
– Contrôler les identités avec la startup Veriff, cliquez-ici
– Les caractéristiques du métier de développeur, cliquez-ici

Share This