L’IA se substituera t-elle aux développeurs dans le futur ?

Le développement de l’intelligence artificielle a fait naître de nombreuses spéculations dans le domaine des nouvelles technologies. Quelques spécialistes s’inquiètent ainsi de voir les chatbots d’intelligence artificielle prendre la place des programmeurs informatiques. Bien entendu, les experts s’opposent sur la question puisque l’IA ne pourra jamais vraiment remplacer des développeurs humains malgré la performance des outils mis sur le marché. Qu’en est-il vraiment si on analyse la situation en toute objectivité ?

Le succès international de ChatGPT change beaucoup de choses

Pour rappel, Microsoft prévoyait une pénuriée de programmeurs informatiques humains sur le marché du travail en 2025. Cette situation découlerait de la croissance de la demande en applications informatiques à l’échelle mondiale. Entre 2020 et 2025, le monde aurait besoin de 500 millions d’applications informatiques fonctionnelles pour permettre aux acteurs de tous les horizons de travailler dans les meilleures conditions.

Aujourd’hui, cette pénurie annoncée par Microsoft ne va certainement pas se produire du fait du développement de l’intelligence artificielle. Les chatbot d’IA comme ChatGPT peuvent effectivement faire le travail des développeurs. La performance de ces outils dans la génération de codes informatiques est très intéressante. L’IA pourrait donc se substituer aux développeurs et faire leur travail à l’avenir. Nombre de spécialistes travaillant dans le domaine des nouvelles technologies, adhèrent aujourd’hui à cette vision de l’avenir.

Le PDG de Stability AI, Emad Mostaque, affirme d’ailleurs que le métier de programmeurs humains n’existera plus dans 5 ans. Ses propos peuvent cependant manquer d’objectivité puisque le personnage travaille dans le domaine de l’intelligence artificielle. Pour étayer ses affirmations, Emad Mostaque a fait une déclaration qui fait réfléchir « C’est un fait : 41 % de tout le code informatique sur GitHub est généré par une intelligence artificielle », avant de poursuivre « ChatGPT est déjà capable de passer un examen de codage pour ingénieur de niveau 3 ».

Des jeux vidéo créés rapidement grâce à l’IA

De nombreux éléments viennent compléter et renforcer les propos tenus par Emad Mostaque, PDG de Stability, au sujet de la capacité des modèles d’IA à se substituer aux développeurs humains. Tout d’abord, le propriétaire de la forge FRVR soutient que « n’importe qui pourra créer des jeux vidéo grâce à l’IA ». Il sous-entend ainsi que l’intelligence artificielle simplifie énormément le processus de création de jeux vidéo grâce à sa puissance et son accessibilité. Pour cela, il faudra néanmoins utiliser des outils fonctionnant sur la base d’une technologie avancée comme la forge FRVR.

Une théorie rejetée par d’autres experts

Toutefois, l’idée selon laquelle l’intelligence artificielle prendra totalement la place des développeurs humains est réfutée par d’autres experts. Des professionnels chevronnés comme l’architecte logiciel Jay Little soutient ainsi que les développeurs humains seront toujours présents malgré le développement de l’IA.

Les chatbot d’intelligence artificielle ne seront jamais capables d’atteindre un niveau de perspicacité semblable à celui des programmeurs humains. L’écriture de logiciels personnalisés est une tâche ardue qui demande une réflexion approfondie. Jay Little affirme d’ailleurs que les IA ne pourront jamais cerner la complexité inhérente au développement d’un logiciel de A à Z.

Les développeurs humains garderont toujours le contrôle dans ce domaine malgré l’utilisation des chatbots d’IA par les éditeurs. Ces outils ont cependant une importance capitale puisqu’ils aident les professionnels du développement d’applications à gagner en productivité.

Lire plus d’articles sur DigiTechnologie :
– Channels arrive sur WhatsApp, cliquez-ici
– Excel intègre Python dans sa solution, cliquez-ici
– Trouver un outil de traitement de texte gratuit, cliquez-ici
– Le recours à l’IoT pour gérer un parc informatique, cliquez-ici
– Comprendre le fonctionnement du congé maternité, cliquez-ici