je vous joins ou je vous joint : quelle est l’orthographe correcte ?

La rédaction d’une correspondance privée ou d’un courrier professionnel nécessite parfois l’ajout de documents complémentaires. Lorsque c’est le cas, il arrive souvent que l’on hésite sur la conjugaison du verbe « Joindre ». En effet, beaucoup d’erreurs sont souvent commises lorsqu’il s’agit de choisir entre « je vous joint » et « je vous joins ». Pour connaitre la conjugaison exacte, il suffit de respecter quelques règles de base.

En effet, le verbe « Joindre » se conjugue au présent de l’indicatif comme suit :

  • Je joins
  • Tu joins
  • Il joint
  • Nous joignons
  • Vous joignez
  • Ils joignent

À partir de cet exemple concret, vous remarquez certainement la différence entre « joins » et « joint » : ces deux conjugaisons ne concernent pas la même personne. Lorsqu’il s’agit de joindre un document à un courrier ou à une lettre par exemple, l’expression correcte sera donc « Je vous joins ». En revanche, il est possible d’écrire « ci-joint », car le mot « joint » est ici conjugué à la troisième personne du singulier, cette formule étant l’équivalent de « Ici est joint le document ».

 

 

 

 

Que doit-on réellement écrire : « je vous joins » ou « je vous joint » ?

Souvent confondu avec le nom masculin « Joint » qui désigne un lieu de jonction ou simplement des cigarettes contenant du chanvre, le verbe « Joindre » se conjugue comme tout verbe du troisième groupe et, en tant que tel, une attention particulière doit être observée en ce qui concerne sa conjugaison. Lorsqu’ils sont conjugués à la première personne du singulier et au présent de l’indicatif, les verbes en « … oindre » se terminent par « s », et non par « d » ou « t » comme pourraient le penser certaines personnes.

Au présent de l’indicatif, le verbe « Joindre » devient alors « Je joins ». En ce qui concerne le « vous » qui est apposé entre le pronom personnel et le verbe, sa présence ne change en rien la conjugaison de ce verbe. Écrire « je vous joins » n’est donc pas une erreur de conjugaison, c’est la bonne formule.

 

 

Exemples d’usages

L’expression « Je vous joins » est souvent utilisée dans la littérature, notamment par certains grands auteurs dans leurs différents ouvrages. On peut citer comme exemple Honoré de Balzac qui écrit ceci dans son roman intitulé, Une fille d’Ève : « Venez chez moi, je reçois tous les mercredis, la chère comtesse ne manquera pas une soirée dès qu’elle vous y trouvera. Quelques fois, je la vois entre quatre et cinq heures, je serai bonne femme, je vous joins au petit nombre de favoris que j’admets à cette heure. »

Daniel Bertrand, un autre écrivain célèbre, écrit ceci dans son roman « Nathalie » : « Je vous joins un plan qui rendra plus claire à votre esprit la situation d’ensemble. Pardonnez-moi ! Je suis un médiocre dessinateur. Le carré fait environ dix mètres sur dix. »

Nous allons finir avec cette phrase de Sébastien Japrisot dans « Un long dimanche de fiançailles » : « Je vous joins les quelques mots que Juliette Desrochelles a voulu vous écrire. Vous en reconnaitrez l’écriture. »

 

Ne faites plus l’erreur, il faut bel et bien écrire « Je vous joins » ou « Ci-joint », mais jamais « Je vous joint » !

 

 

Lire plus d’articles sur DigiTechnologie :
– Découvrez les principales formules de politesse, cliquez-ici
– Découvrez la définition correcte du mot « OK », cliquez-ici
– Découvrez l’otigine et la définition du mot boite, cliquez-ici
– Découvrez s’il faut écrire « je vous envoi » ou « je vous envoie », cliquez-ici
– Découvrez s’il faut écrire « je me permets » ou « je me permet », cliquez-ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter