La French Tech prend son envol en 2021

En France, l’État a déployé de nombreux efforts pour aider les start-ups françaises à mieux progresser. Aujourd’hui, elles sont perçues comme le moteur de l’économie française, d’où l’intérêt porté à leur égard. De plus, la French Tech diffuse le numérique dans l’industrie pour renforcer la compétitivité des industriels français au niveau international.

Les start-ups françaises enregistrent une forte croissance ces derniers temps

Les start-ups françaises représentent l’avenir de l’économie française. C’est pourquoi, l’État a lancé plusieurs programmes destinés à les aider à progresser du mieux possible. Ces start-ups françaises sont essentiellement représentées par la French Tech. En effet, le numérique a le vent en poupe auprès des startupeurs et des jeunes créateurs.

En guise de rappel, la date du 29 juin 2017 constitue sans doute le point de départ des actions gouvernementales en faveur des start-ups françaises. Ce jour-là, le président Emmanuel Macron assista à l’inauguration du site parisien de la Station F. Il s’agit du plus grand incubateur de start-up dans le monde. À l’époque, la cérémonie d’inauguration s’est déroulée en présence d’un parterre d’universitaires, d’investisseurs et de chefs d’entreprise. Pour le président Macron, la promotion des start-ups fait « partie de son ADN et sa lecture des dynamiques économiques » comme l’avait expliqué Cédric O, le secrétaire d’État au numérique.

Tous les efforts effectués pendant cinq ans, ont fourni des résultats probants en faveur du développement des start-up en France. Malgré la crise sanitaire liée au Covid, 2021 est une année record pour la French Tech.

La France s’intéresse à l’économie de l’innovation

Depuis cinq ans, la France s’active énormément pour soutenir ses start-ups malgré les retards accumulés par rapport aux autres grandes nations. À défaut d’être à l’avant-garde, les acteurs de l’économie française sont parfaitement conscients de la nécessité d’enclencher la vitesse supérieure pour atteindre la « start-up nation ». Aujourd’hui, la plupart des indicateurs ont viré au vert grâce au travail réalisé par les start-ups de différents segments.

  • E-commerce
  • Numérique-Télécom
  • Technologie-Energie
  • Assurance-finance
  • Divertissement-Média
  • Alimentation

En réalité, les start-ups de la French Tech surfent sur le contexte favorable insufflé par le gouvernement pour se lancer sur le terrain de l’innovation. Aujourd’hui, elles sont nombreuses à obtenir des résultats très prometteurs : Swile, Doctolib, BackMarket, etc.

Néanmoins, les start-ups françaises représentent encore une infime partie de l’économie du pays malgré les croissances enregistrées ces dernières années. À vrai dire, il reste encore beaucoup de travail à effectuer pour en faire un poids lourd de l’économie française.

Sortir de l’économie de rattrapage

Le retard de la France s’explique en partie par la structure de son écosystème entrepreneurial qui est assimilée à une « économie de rattrapage ». Il faut mettre fin à cette situation pour être plus entreprenants.

Le secrétaire d’État au numérique, Cédric O, explique d’ailleurs à la presse la vision du président de la République sur le sujet. L’homme fort de l’Élysée considère que « les leaders de demain seront ceux qui se seront convertis à l’économie de l’innovation, alors que la France était dans une économie de rattrapage ».

Lire plus d’articles sur DigiTechnologie :
– Découvrir l’incubateur français 1Kubator, cliquez-ici
– Tout savoir de la NA20 de la French Tech bordeaux, cliquez-ici
– L’e-commerce français atteind un CA de 130 milliards, cliquez-ici
– Découvrir la représentation de l’entreprise pour les jeunes, cliquez-ici

Share This