La prospective stratégique semble accorder une relative importance au climat

L’élaboration de la prospective stratégique s’inscrit dans la volonté des acteurs influents du monde, de mener des actions favorables pour l’environnement et la planète. Aujourd’hui, la tendance est à la décarbonisation autant que possible sous l’égide de l’Accord de Paris. Cependant, les défis sont énormes en raison du manque d’engagement de certains acteurs, accompagné de la rareté de prospective positive dans le milieu.

La société doit songer à se transformer durablement pour protéger la planète

Le monde devrait repenser ses modes et ses référentiels pour mieux protéger le climat et l’environnement. Ceci passe évidemment par la transformation en profondeur des modes de transport et des usages alimentaires de la société moderne. À ce propos, les spécialistes préconisent aujourd’hui la consommation de produits bio et d’aliments naturels. Consommer des insectes figure ainsi parmi les pratiques recommandées par les experts en nutrition en raison de leurs apports en protéines, supérieurs à la moyenne. Dans la même optique, la désuétude du tourisme de masse et la vulgarisation du travail en ligne à distance s’alignent sur cette vision en faveur de la planète.

Toutefois, on constate un décalage entre les recommandations et ce qui se passe vraiment sur le terrain. Les acteurs concernés par le problème ont longtemps préféré se cantonner à activer la phase d’alerte, sans mener des actions concrètes à grande échelle. Dans ce processus, ils se sont beaucoup attachés à décrire et à mettre en évidence les obstacles se dressant devant l’émergence d’une société plus inspirante. À la base, l’idée consistait à favoriser le développement d’une société apte à s’adapter au réchauffement climatique. Les chercheurs prévoient d’ailleurs la multiplication de la survenance des ouragans, des dépressions tropicales et des événements extrêmes à l’échelle planétaire.

Or, des actions multiples et variées peuvent être menées dès à présent pour préserver le caractère bienveillant et naturel de la planète. Cela implique évidemment de réaliser des économies dans plusieurs domaines, en particulier dans le secteur de l’énergie et de l’exploitation des énergies fossiles.

Lancement du Défi Innovation Jeunesse de 2022 outre-Atlantique

À ce propos, les membre-décideurs de la Commission de Coopération Environnementale (CCE) ont donc décidé de lancer le « Défi Innovation Jeunesse de 2022 » en ce mois de février.

Comme prévu, le Défi Innovation Jeunesse de 2022 intéresse un grand nombre de jeunes provenant principalement du Mexique, des Etats-Unis et du Canada. Ils sont appelés à proposer des solutions nouvelles afin de résoudre certains problèmes liés à l’environnement. Les principaux intéressés doivent ainsi soumettre leur projet sur une plateforme en ligne. Une récompense pouvant aller, jusqu’à 15.000 dollars, est en jeu.

Pour information, ce défi est organisé à l’intention des jeunes âgés de 18 à 30 ans avec comme langues de travail l’anglais.

Lire plus d’articles sur DigiTechnologie :
– Comprendre les enjeux du Digital Market Act, cliquez-ici
– Planter une forêt en ville avec la méthode Miyawaki, cliquez-ici
– Une carte pour planter des arbres partout dans le monde, cliquez-ici

Share This