Villes intelligentes : comment préserver la sécurité et la confidentialité

La ville intelligente n’est plus un fantasme futuriste. Elle est déjà présente et constituera dans les années à venir un formidable potentiel de développement. Ces nouveaux services sont une avancée majeure pour gérer les villes et offrir des fonctionnalités efficaces à leurs habitants. Cependant, ils sont aussi une source de dangers. En effet, ces réseaux géants sont et seront de plus en plus la proie de pirates informatiques, toujours avides de trouver des moyens de gagner de l’argent illégalement. Face à ce danger, il est non seulement vital de cerner quels sont les points de faiblesse des villes connectées et quels sont ses enjeux de sécurité. Il faut également savoir se doter des bons outils pour se protéger.

Quels risques sont associés aux villes intelligentes ?

Les villes intelligentes représentent des ensembles de plus en plus connectés qui deviennent des cibles géantes pour les pirates. La prolifération d’antennes 5G, de routeurs et d’appareils mobiles connectés constituent des portes d’entrées fragiles. Les risques sont majeurs, car les villes connectées supportent des applications critiques comme les aides à la conduite autonome, la gestion des transports en commun, le pilotage des alimentations en énergie, les systèmes de surveillance et bien d’autres applications sensibles.

La menace est de plus en plus évidente. Tout récemment, le Centre National de Cybersécurité (NCSC) du Royaume-Uni a averti que les capteurs et les appareils connectés à Internet pourraient améliorer les services urbains. Cependant, ils pourraient également être utilisés par des pirates informatiques et des États étrangers pour perturber ou espionner un pays.

Les services publics essentiels doivent donc se protéger contre les attaques afin de conserver la confiance du public. En effet, les villes intelligentes peuvent recueillir sur leurs habitants des volumes importants de données sensibles.

Il existe déjà des exemples marquants de cyberattaques contre des infrastructures publiques. Par exemple, Atlanta a subi en 2018, une attaque soutenue de logiciels malveillants qui a duré des semaines. En plus d’effacer de précieuses preuves criminelles, elle aurait également coûté 2,6 millions de dollars à la ville. Baltimore a également vu ses services d’urgence être victimes d’une attaque par ransomware.

En France aussi l’enjeu est de taille, des villes comme La Rochelle ou Angers ont dû faire face à des attaques de grande ampleur, parfois coûteuses et toujours très inquiétantes en termes de paralysie des services ou de vols de données.

Les 5 principales menaces des villes connectées

Les risques sont, à vrai dire, très variés. On recense principalement 5 menaces réelles qui pèsent sur les réseaux des villes connectées :

  • Les logiciels malveillants
  • Des ransomwares
  • Les appareils perdus et volés
  • Des e-mails de phishing
  • Le piratage de réseau Wi-Fi

En réalité, il faut aussi comprendre que ces grands réseaux courent des risques majeurs pour eux-mêmes, mais ils en font courir aussi aux usagers qui utilisent ces systèmes à longueur de journée avec leurs tablettes ou leurs téléphones.

Comment se prémunir de ces risques ?

Pour atténuer les risques liés aux problèmes de sécurité potentiels, la prévention des cyberattaques doit être envisagée. Et cela à chaque niveau de ces réseaux. D’un côté, les gouvernements et les métropoles seraient bien avisés d’investir dans des protections de cybersécurité dès le stade de la conception jusqu’aux processus de l’utilisateur final. De l’autre, les particuliers qui utilisent ces systèmes doivent aussi se protéger.

Il faut aujourd’hui apprendre aux gestionnaires de ces systèmes comme aux usagers à repérer les courriels de phishing et les mauvais liens. L’objectif est d’agir rapidement pour réduire l’impact d’une attaque. Il faut aussi généraliser l’usage des solutions de chiffrement des données, restreindre les accès sensibles et généraliser les solutions d’authentification multifacteur.

Pour le particulier, ce sont les mêmes recommandations qui prévalent. L’arsenal de défense devra commencer par une gestion très sécurisée des mots de passe. Ils doivent être forts et uniques sous peine de constituer un véritable danger. Ensuite, un VPN sera incontournable pour naviguer en toute sécurité. Un VPN en France permettra ainsi un accès totalement sécurisé aux réseaux des villes connectées ou intelligentes qui commencent à poindre dans les petites ou grandes agglomérations. Une adresse IP masquée, des données chiffrées et protégées assureront à l’utilisateur une confidentialité certaine.

Enfin, des téléphones et tablettes toujours mis à jour, des routeurs protégés ainsi qu’une grande vigilance sur les liens dans les mails devraient permettre à tout un chacun de profiter de la ville intelligente sans trop s’inquiéter.

Lire plus d’articles sur DigiTechnologie :
– Tout savoir sur le service de vélos éléctriques Zoov, cliquez-ici
– Découvrez comment les startups améliore la mobilité, cliquez-ici
– Comprendre l’aménagement du territoire et sa mobilité, cliquez-ici
– Une cyberattaque fait dysfonctionner les stations-service en Iran, cliquez-ici

Share This