5G et coronavirus : des théories conspirationnistes aux actes de sabotage

Comme il est possible de le voir dans la presse et sur les réseaux sociaux, de nombreuses personnes sont réfractaires au développement de la 5G sur notre territoire car il paraitrait selon eux que cette technologie serait néfaste pour notre santé. Cette théorie n’est pas seule à circuler parmi cette poignée d’individus. La dernière en date : il existerait un lien entre le développement des nouvelles antennes 5G et la propagation du coronavirus. Depuis le début de l’épidémie et plus particulièrement pendant le confinement, bon nombre d’actes de sabotage ont été commis en Europe. Mais, nous sommes en droit de nous demander d’où proviennent ces croyances et comment elles ont pu se propager.

 

 

L’origine des théories conspirationnistes autour de la 5G

Avec l’avènement d’internet et de la liberté de parole qu’il a entraîné, les théories du complot et les fake news ne cessent de pulluler sur la toile. Quelques documents, l’appui d’un médecin ou simplement quelques coïncidences qui n’en sont peut-être pas suffisent aux complotistes pour partager la nouvelle supercherie du siècle. Dans leur viseur ? La 5G et ses effets sur notre santé. Ils vont même plus loin et ont trouvé un lien entre son déploiement et le coronavirus.

 

Que disent les théories sur la 5G et le coronavirus ?

Depuis plusieurs semaines, une théorie du complot alimente les discussions du monde entier : il paraîtrait que la 5G est responsable du coronavirus. À l’origine de cette théorie :  Thomas Cowan – également connu pour déconseiller la vaccination des enfants. Le 16 mars 2020, il publiait une vidéo dans laquelle il affirme que le déploiement de la 5G serait responsable du COVID-19. Sa preuve ? C’est dans la première ville au monde totalement couverte par ce nouveau réseau que le virus a été découvert. Démentie par beaucoup de scientifiques à travers le monde, cette théorie ne semble pourtant pas tomber dans l’oubli.

 

 

Des actes de sabotage dans le monde

Depuis le début du confinement imposé à travers l’Europe, les actes de sabotage visant les antennes relais 5G ne cessent de se multiplier. Premier pays à en avoir fait les frais : l’Angleterre qui a vu ses installations de Liverpool, Birmingham et Melling incendiées. Les actes de vandalisme se sont ensuite répandus dans tout le Royaume-Uni obligeant ses dirigeants à faire appel au service antiterroristes.

Les attaques ne sont aujourd’hui plus seulement le fait d’habitants du Royaume-Uni. En effet, les Pays-Bas recensaient il y a peu 14 attaques sur ses antennes. La Belgique et Chypre ont chacun vu une de leurs installations télécom attaquées.

 

 

Pourquoi cette théorie est fausse ?

La première ville à avoir été dotée de la 5G ne se trouve pas en Chine mais en Corée du Sud. De plus, il n’existe à ce jour aucun lien entre le développement des antennes et le nombre de cas. En outre, le virus s’est répandu très vite en Grande-Bretagne, pays ou le réseau 5G n’est pas encore effectif.  Et contrairement à ce qu’affirme Thomas Cowan, il a bel et bien été prouvé que le coronavirus était un virus et qu’il ne pouvait nullement se propager par des ondes.

 

 

Lire plus d’articles sur DigiTechnologie :
– Découvrez les impacts du COVID-19 sur la perte d’exploitation des entreprises, cliquez-ici
– Imprimez des visières de protoction contre le coronavirus avec des imprimantes 3D, cliquez-ici
– Découvrez le nouveau pick-up de Tesla, cliquez-ici
– Découvrez la plateforme de streaming Disney Plus, cliquez-ici
– Découvrez les avancées technologiques de la 5G, cliquez-ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter