L’importance croissante de l’Open Data dans le secteur public

Le terme open data, ou données libres, désigne les données accessibles au grand public. En d’autres termes, ce sont des données libres de droits. Elles sont souvent utilisées par le gouvernement et des entreprises de tous les secteurs. Elles offrent également de nouvelles opportunités pour les collectivités locales et territoriales. Mais qui produit ces données, qui les stocke, et que contiennent-elles ? Nous allons voir dans cet article ce qu’est réellement l’Open Data, ses objectifs, ses contraintes, ses enjeux, sans oublier les atouts pour le secteur public.

 

 

Qu’est-ce que l’Open data ?

Data est un mot anglais utilisé dans le domaine de la télécommunication. Il a pour but de qualifier les données qui circulent, soit sur le réseau informatique, soit sur le réseau téléphonique. Quant au mot open, il se traduit comme ouvert, tout simplement. L’Open Data concerne donc des données auxquelles tout le monde peut avoir accès, que ce soit les citoyens, les entreprises, les associations ou encore toutes les personnes publiques. Tous peuvent les utiliser, car elles sont libres de droits, ne sont soumises à aucune restriction et lisibles par toutes les machines (ordinateurs, tablettes, smartphones, etc.).

L’Open Data correspond aussi à des données brutes, c’est-à-dire sans retraitement ou dans des formats électroniques. Comme leur nom l’indique, les données ouvertes sont accessibles et peuvent aussi être partagées et utilisées par le grand public. Leur accès n’est pourtant pas forcément gratuit, en raison des coûts liés à la création, à la publication et à la maintenance de ces données. Ce montant est généralement insignifiant pour un nombre important de données. Par contre, s’il s’agit des données en temps réel et que les contenus sont lourds, ce coût peut rapidement augmenter. L’objectif étant d’assurer la fiabilité des données.

 

Les objectifs des données en accès libre

Les données ouvertes peuvent être utilisées dans le fonctionnement démocratique, pour une meilleure concertation, transparence et par l’ouverture à de nouveaux points de vue. Elles servent également à améliorer les actions publiques pour être plus efficaces, notamment dans le cadre de la démarche open Data des collectivités locales. Et pour finir, elles aident à créer de nouveaux services à forte valeur ajoutée économique ou sociale, grâce à l’exploitation de nouvelles ressources.

 

 

 

 

L’open data et le secteur public

L’open data constitue une ressource non négligeable afin d’améliorer la façon de travailler dans le secteur public. En effet, l’utilisation réfléchie de ces données peut aider les administrations à apporter aux usagers une qualité de service public optimale. C’est également un moyen de faciliter certaines démarches des citoyens auprès de l’administration. On peut prendre comme exemple les formulaires préétablis avec les données de l’administration, tout en préservant la privauté des données personnelles.

Comme on l’a déjà évoqué, l’existence de l’open data renforce la transparence dans le secteur public. Rendre certaines données publiques permet d’améliorer l’accessibilité de ces dernières et favorise la compréhension des citoyens. Les données ouvertes permettent aussi d’évaluer et d’analyser des éléments disponibles en temps réel, comme des données météorologiques ou démographiques, la montée des eaux dans le cadre d’un plan de vigilance inondation, l’état de l’éclairage public, les points de voirie signalés par des citoyens, etc.

 

L’open data : un investissement crucial pour l’État

En investissant dans l’open data, l’Etat a la possibilité de renforcer l’économie numérique, en exploitant des données publiques gratuites afin de créer de nouveaux services. Selon la Commission Européenne, le marché européen de la donnée publique est estimé entre 10 et 48 milliards d’euros. Oui, des données libres peuvent contribuer à la croissance et à la création d’emplois ! De plus, grâce aux données publiées, l’État renforce la transparence de différentes institutions et entités publiques.

Les citoyens bénéficient également de l’open data, grâce à des services plus innovants. Plus de 450 entités territoriales y ont recours. Le site OpenDataFrance a pour but de regrouper et de soutenir les collectivités territoriales françaises dans leur démarche d’ouverture de leurs données.

L’open data donne également à l’État l’opportunité de nouer de nouvelles collaborations entre les administrations et les citoyens. On constate une réelle progression de ce phénomène dans l’administration française, comme le montre la plateforme https://www.data.gouv.fr/fr/, visant à encourager les citoyens à partager, améliorer et réutiliser les données publiques.

 

 

Les enjeux de l’open data

Les données ouvertes doivent être exploitables par tous. Pourtant, les mettre à disposition du grand public nécessite de passer par différentes opérations de libération des données. Il faut notamment extraire et identifier les données à partir d’un back-office et prévoir un système pour stocker et les consolider. Le traitement, le filtrage des données utiles et la transformation de ces dernières afin d’assurer une meilleure qualité constituent aussi d’importantes contraintes techniques, souvent à la charge des collectivités. Il faut ensuite les transférer dans un système de stockage centralisé pour enfin procéder à leur publication en toute sécurité. Il est donc nécessaire de bien maîtriser l’historisation des volumes traités, ceci depuis l’étape de stockage. Une fois l’étape de transformation faite, il est primordial de conserver au moins un historique ou d’enregistrer la version finale.

Concernant la publication des données, il est essentiel de bien limiter la taille maximale des fichiers (limiter de préférence à quelques MO), afin d’en faciliter le téléchargement. Il est aussi conseillé d’enregistrer les données sous format Xtml, csv, excel ou XML, pour qu’elles soient parfaitement lisibles. Cependant, dans les cas de données en temps réel et des services de visualisation comme la géolocalisation, il faut adopter d’autres méthodes plus coûteuses et complexes comme le service REST et le web service SOAP.

Pour terminer, le mode d’hébergement est également important. Comme la plateforme de publication est accessible par tous, les données doivent être bien isolées du reste du système d’information (SI), afin d’en assurer la sécurité. Il est donc indispensable de créer une nouvelle infrastructure, soit auprès d’un hébergeur externe, soit en interne. Et comme il est impossible de définir à l’avance le niveau de consommation des données publiées, il est souvent nécessaire de faire appel aux services cloud.

Malgré les nombreux avantages et opportunités qu’offrent les données ouvertes, elles posent donc aussi différentes contraintes, ainsi que des risques. Ces derniers sont notamment liés à la fiabilité des données, l’incompréhension des utilisateurs, le risque de corruption des informations, ou encore leur mauvaise manipulation.

 

 

Lire plus d’articles sur DigiTechnologie :
– Découvrez les meilleurs convertisseurs Youtube, cliquez-ici
– Découvrez comment développer votre influence sur Instagram, cliquez-ici
– Découvrez pourquoi l’apprentissage des langues en ligne se développe, cliquez-ici
– Découvrez les meilleurs logiciels de montage vidéo, cliquez-ici
–  Découvrez comment apporter de la visibilité à votre entreprise avec les réseaux sociaux, cliquez-ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter