La Chine va envoyer une sonde sur la Lune pour ramener des roches lunaires sur Terre

La Chine sera-t-elle le troisième pays à réussir une mission de récupération d’échantillons lunaires ?

La Chine va lancer une sonde sur la Lune cette semaine, nous rapporte Reuters ce dimanche 22 novembre 2020. Ce sera la première tentative du pays de ramener des échantillons de la Lune sur Terre et, en cas de succès, elle sera le troisième pays, au côté des Etats-Unis et de l’Union soviétique à y parvenir.

 

 

Chang’e-5 aidera les scientifiques à mieux comprendre les origines de la Lune

Cette sonde sans pilote a été baptisée Chang’e-5, en référence à la déesse chinoise de la Lune. Sa mission sera de collecter les éléments qui aideront les scientifiques à mieux comprendre la manière dont s’est formée la Lune. De plus, cette mission mettra la Chine à l’épreuve sur sa capacité à obtenir à distance des échantillons depuis l’espace avant que le pays ne se lance dans des missions spatiales plus complexes.

Petit rappel, les Etats-Unis ont envoyé 12 astronautes sur la Lune entre 1969 à 1972 dans le cadre du programme Apollo. Ils ont alors ramené 382 kg de roches et de terres lunaires sur Terre. Par la suite, l’Union soviétique avait lancé trois missions de récupération d’échantillons lunaires par le biais de robots dans les années 1970. Des missions couronnées de succès et le dernier de ces robots, Luna 24, a ramené 170,1 grammes d’échantillons prélevés de la mer lunaire Mare Crisium, ou « Sea of Crises » en 1976.

 

 

La sonde ramènera 2 kg d’échantillons lunaires provenant d’une zone inexplorée

Pour sa part, la Chine s’est fixé un objectif ni trop haut ni trop bas et compte ramener 2 kg d’échantillons lunaires prélevés dans une zone qui n’a pas encore été visitée auparavant, la mer Oceanus Procellarum ou « Ocean of Storms ».

La sonde Chang’e-5 pourrait ainsi renseigner les scientifiques sur plusieurs questions telles que : combien de temps la Lune a-t-elle été volcaniquement active ? Et quand son champ magnétique s’est-il dissipé ?

En attendant de répondre à ces questions, la Chine va tout d’abord procéder au lancement de sa sonde qui, une fois sur la Lune va déployer une paire de véhicules à sa surface. Un atterrisseur percera d’abord le sol lunaire puis récoltera des échantillons de sol et de roche sur un ascendeur, lequel se soulèvera et accostera sur un module orbital, explique Reuters. Ces échantillons seront ensuite transférés dans une capsule de retour qui les ramènera sur Terre.

 

 

Lire plus d’articles sur DigiTechnologie :
– L’ISS fête ses 20 ans en orbite terrestre, cliquez-ici
– De l’eau a été découverte en quantité sur le Lune, cliquez-ici
– Se connecter à internet depuis l’espace avec Starlink, cliquez-ici
– Les chercheurs ont détectés des technosignatures dans l’espace, cliquez-ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter