SpaceX a lancé son premier vol spatial habité ce dimanche 15 novembre

La Russie n’a plus le monopole du transport spatial.

Le dimanche 15 novembre 2020 est une date à marquer d’une pierre blanche pour SpaceX. L’entreprise américaine du domaine de l’astronautique et du vol spatial a lancé sa capsule Crew Dragon depuis Cape Canaveral en Floride à 19 h 27, heure locale.

 

 

Une première rotation depuis 20 ans !

La capsule de SpaceX, baptisée Crew-1, a embarqué à son bord quatre astronautes, dont une femme. Il s’agit des astronautes américains Michael Hopkins, Victor Glover et Shannon Walker pour la Nasa ainsi que l’astronaute japonais Soichi Noguchi pour la Jaxa. Ils devraient rester sur la station spatiale internationale durant six mois.

Ce vol spatial marque non seulement la première rotation d’équipage effectuée sur un vaisseau commercial, et ce, depuis le premier vol habité à destination de l’ISS, qui date d’il y a 20 ans mais aussi la perte du monopole de l’accès à l’espace par la Russie.

 

 

Un lancement reporté plusieurs fois

Il faut savoir que la Nasa avait initialement prévu ce lancement pour le vendredi 23 octobre 2020. Toutefois, il a été reporté en raison de l’interruption du décollage d’un Falcon 9 quelques secondes avant son lancement. En effet, le 2 octobre, le lancement d’un Falcon 9 depuis le Space Launch Complex 40 de la Cape Canaveral Air Force Station a été annulé deux secondes avant son décollage à cause d’une augmentation inattendue de la pression dans un générateur de gaz d’un moteur.

La nouvelle date de prévision, le 14 novembre 2020, a aussi été repoussée de 24 heures à cause de forts vents qui auraient pu compromettre la récupération du premier étage du lanceur par SpaceX. Ce premier étage resservira effectivement pour le lancement de la capsule Crew-2 de SpaceX d’ici quelques mois.

 

 

 

 

L’ère des vols spatiaux habités commence ?

Pour information, SpaceX a passé avec brio une mission de démonstration entre le mois de mai et d’août. A cette occasion, deux astronautes américains ont été emmenés vers l’ISS puis ramenés sur Terre sans encombre. Avant cette capsule Crew-1 de SpaceX, la Nasa faisait effectivement appel au véhicule spatial Soyouz de la Russie. Ce dernier a acheminé tous les astronautes vers l’ISS depuis l’arrêt des navettes américaines en 2011.

Après ces neuf années de monopole de la Russie, la capsule Dragon de SpaceX devient le second appareil à pouvoir rejoindre l’ISS. Cependnat, un autre appareil, cette fois-ci conçu par Boeing, devrait aussi rejoindre le rang des véhicules spatiaux en 2021.

D’après le directeur du développement des vols spatiaux commerciaux de la Nasa, Phil McAlister, « nous sommes vraiment au début d’une nouvelle ère des vols spatiaux habités ».

 

 

Le domaine spatial devient un point de tension entre les Etats-Unis et la Russie

En tout cas, il existe actuellement une certaine tension entre les Etats-Unis et la Russie au sujet de la conquête spatiale. D’un côté, nous avons la Nasa qui souhaite continuer à coopérer avec la Russie. Un souhait que la Russie aimerait bien réaliser puisque le pays a déjà proposé des places aux Américains sur les Soyouz pour les futures missions spatiales. Néanmoins, Jim Bridenstine, le chef de la Nasa, a déclaré le vendredi 13 novembre 2020 lors d’une conférence de presse que « les discussions sont en cours » car la Nasa voudrait « un échange de sièges ».

 

 

Par ailleurs, il semblerait que Moscou prenne ses distances par rapport aux Etats-Unis. En effet, le pays a décidé de ne pas participer à la construction de la prochaine mini-station de la Nasa autour de la Lune, dénommée Gateway.

De plus, Dmitri Rogozine, le patron de Roskosmos, semble considérer SpaceX comme un rival puisque l’agence spatiale russe avait revu son programme spatial vieillissant et avait annoncé cet été un projet de fusée réutilisable. Visant l’entreprise d’Elon Musk, Rogozine avait déclaré que cette nouvelle fusée ne serait « pas semi-réutilisable comme chez SpaceX » et que leurs ingénieurs « ne veulent pas répéter ce que leurs collègues de SpaceX font mais les surpasser ».

 

 

Les Etats-Unis maintiendront-ils le calendrier de 2024 ?

En tout cas, les Etats-Unis ambitionnent de privatiser l’accès aux environs de la Terre en faisant de SpaceX et de Boeing des prestataires de la Nasa et de toute entreprise ou personne privée qui souhaiterait s’acheminer vers la station spatiale internationale ou les futures mini-stations privées.

Cependant, l’avenir du domaine spatial aux Etats-Unis est désormais rendu incertain par les répercussions de l’élection présidentielle américaine. Il faut effectivement savoir que si l’administration Trump a prévu un retour sur la Lune en 2024, son adversaire, Joe Biden, ne considère pas encore ce projet comme étant une priorité.

 

 

Lire plus d’articles sur DigiTechnologie :
– L’ISS fête ses 20 ans et approche de la retraite, cliquez-ici
– De l’eau a été découverte sur la Lune en quantité importante, cliquez-ici
– Elon Musk publie des photos de la future sation habitée sur Mars, cliquez-ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter