De l’eau sur la Lune : une découverte cruciale pour les futures missions spatiales

Le lundi 26 octobre 2020, l’agence spatiale américaine a fait une importante révélation sur son site. En effet, c’est dans un communiqué de presse que la NASA a annoncé que l’Observatoire Stratosphérique pour l’Astronomie Infrarouge (SOFIA) avait détecté la présence d’eau à la surface même de la Lune. Jusqu’à présent, la communauté scientifique pensait que l’eau lunaire n’est présente que dans les cratères les plus froids et les plus sombres de la Lune et qu’elle y est gelée. Cette découverte ouvre ainsi la voie à de nombreuses perspectives.

D’après une étude réalisée par le chercheur Casey Honniball de l’Université d’Hawaï à Mänoe et publiée dans la revue Nature astronomy, l’eau détectée était d’à peu près 0,35 litres pour un mètre cube de sol lunaire. Cette découverte a été faite à la surface du cratère Clavius qui est situé sur la face visible de la Lune.

 

 

Des questions restent en suspens

Néanmoins, deux questions taraudent les scientifiques : comment cette eau est arrivée sur la surface lunaire et comment y reste-t-elle ? En effet, la surface de la Lune est à la fois dure et pauvre en atmosphère. Au soleil, le sol lunaire peut atteindre les 126°C. A cette température, l’eau se vaporiserait déjà sur Terre et sur la Lune, elle devrait s’évaporer à une température encore plus basse, selon les scientifiques.

Mais des hypothèses ont déjà été avancées par les scientifiques. Par exemple, quand des micrométéorites contenant des molécules d’eau frappent la surface de la lune, elles y laissent ces molécules. Autre hypothèse, des vents solaires transportant des molécules d’hydrogène vers la lune ont pu réagir à des atomes d’oxygène. Ils se sont combinés pour former de l’hydroxyle qui s’est ensuite converti en eau sous le rayonnement des impacts de micrométéorites chaudes.

Quant à la raison pour laquelle cette eau ne s’évapore pas, deux hypothèses ont été avancées. La première hypothèse précise que les micrométéorites auraient pu enfermer l’eau dans de petites perles en forme de verre au moment de l’impact. La deuxième hypothèse précise que l’eau aurait pu s’insérer dans le sol lunaire, ce qui la protégerait du soleil brûlant.

 

 

La présence d’eau sur la Lune pourrait grandement faciliter les missions spatiales

Malgré tout, le chercheur Casey Honniball a noté que les nouvelles données ne révèlent pas assez d’eau pour soutenir la vie sur la Lune. Malgré tout, il est possible que toute la surface lunaire présente suffisamment d’eau pour servir aux astronautes lors des missions lunaires – notamment pour le programme Artemis – ou encore pour les explorations spatiales qui passent par la Lune, comme la mission d’exploration de Mars.

Selon Jacob Bleacher, scientifique en chef des missions d’exploration et des opérations humaines de la NASA, la présence d’une quantité suffisante d’eau sur la Lune pourrait dispenser les astronautes d’emmener depuis la Terre une grande quantité d’eau pour le voyage. Cela permettrait d’embarquer plus de charges utiles. De plus, cette eau lunaire peut non seulement servir à se désaltérer, mais pourra également être convertie en oxygène ou utilisée comme carburant. En bref, de nombreuses perspectives réjouissantes s’offrent à nous grâce à cette découverte !

 

 

Lire plus d’articles sur DigiTechnologie :
– La voiture de Tesla lancée dans l’espace a dépassé Mars, cliquez-ici
– Elon Musk à la conquête d’internet depuis l’espace, cliquez-ici
– La Chine annonce une station Lunaire habitée en 2040, cliquez-ici
– La Station Spatiale Internationale fête ses 20 ans, cliquez-ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter