SpaceX : Elon Musk veut attraper sa fusée Starship avec un bras géant

Cette méthode permettrait de réutiliser la fusée en l’espace d’une heure.

SpaceX n’a de cesse de nous montrer qu’en matière de lancement et d’atterrissage de fusée, elle commence à gérer grave. Et ce, même si le 9 décembre 2020, l’entreprise a fait décoller la fusée SN8 à 15 kilomètres du sol et, en tentant de la faire atterrir, celle-ci a explosé.

 

 

Elon Musk compte relever de nouveaux défis en 2021

Mais loin de dramatiser la situation, SpaceX avait publié une vidéo détaillée de cet événement et a expliqué pourquoi le lancement a été une réussite malgré l’explosion. D’ailleurs, SpaceX se prépare déjà à lancer un nouveau prototype de Starship, une fusée SN9, dans les prochaines semaines.

Quoiqu’il en soit, Elon Musk compte bien faire de cette année 2021, une année capitale pour SpaceX. Dans les mois à venir, l’entreprise aérospatiale devrait effectivement faire décoller le premier étage, Super Heavy Booster, pour un vol à faible altitude. Toutefois, étant toujours en quête de nouveaux défis, Elon Musk a annoncé sur Twitter que ce booster n’atterrira pas de façon habituelle.

 

 

SpaceX récupèrera le Super Heavy avec le bras de la tour de lancement

Pour information, Elon Musk compte emmener des astronautes sur Mars à bord de sa fusée Starship en 2026 et son entreprise SpaceX n’est pas très bavarde sur ce qu’elle compte faire pour atteindre cet objectif. Heureusement pour nous, son PDG, Elon Musk, n’est pas aussi radin en informations. Celui-ci a effectivement divulgué un plan singulier sur Twitter sur son projet de récupération du premier étage Super Heavy de Starship.

 

 

Plus précisément, Elon Musk a expliqué sur Twitter qu’au lieu de laisser la fusée atterrir, l’entreprise allait plutôt faire en sorte de l’attraper avec le bras de la tour de lancement. D’après Elon Musk, ce nouveau schéma de récupération de la fusée permettra à SpaceX de non seulement économiser de l’argent mais aussi de repositionner immédiatement la fusée sur le support de lancement et de la ravitailler pour que la fusée soit prête à redécoller en mois d’une heure.

 

 

Les futurs boosters pourraient donc ne plus avoir de pattes

L’objectif de SpaceX sera ainsi d’attraper le premier étage Super Heavy Booster, qui est encore en cours de développement en ce moment, en utilisant le bras de la tour de lancement, qui stabilise la fusée avant son décollage. Jusqu’ici, les propulseurs Falcon 9 retournaient sur Terre et atterrissaient sur leurs propres pattes intégrées à propulsion. Mais si le plan d’Elon Musk se concrétise, les futurs boosters Super Heavy ne comporteront ainsi plus de pattes.

Ces « pattes » consistaient en quatre jambes d’atterrissage déployables qui sont repliées le long du fuselage pendant la phase ascensionnelle et la majorité du temps durant le vol de retour afin de ne pas créer de perturbations aérodynamiques. Elles pèsent 2,1 tonnes, font 18 mètres d’envergure et se servent d’un mécanisme pneumatique utilisant de l’hélium sous pression pour se déployer. Lors d’un atterrissage, ces pieds mettent 10 secondes à s’ouvrir.

Reste à savoir si le bras de la tour de lancement sera capable d’attraper cette fusée en plein vol lors des travaux pratiques. Au cas où ça ne marcherait pas, Elon Musk assure que SpaceX pourra toujours recourir au train d’atterrissage classique.

 

 

Lire plus d’articles sur DigiTechnologie :
– Découvrez le parcours du milliardaire Elon Musk, cliquez-ici
– Elon Musk enverra les premiers humains sur Mars en 2026, cliquez-ici
– SpaceX a creéé un nouveau modèle de cargo, cliquez-ici
– Un morceau d’une fusée chinoise va s’écraser sur Terre, cliquez-ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter