L’impact de l’acquisition de Tableau par Salesforce sur les services informatiques

L’acquisition de Tableau Software par Salesforce pour un montant de 15,7 milliards de dollars incite de nombreuses entreprises à se demander quelles seront les conséquences pour leurs organisations. Selon les analystes du secteur, tout dépend de la manière dont votre entreprise utilise leurs plateformes respectives.

Les utilisateurs de la plateforme CRM américaine ont tous adhéré à son modèle en mode SaaS et mettent leurs données dans le cloud. Cependant, l’éditeur américain commence seulement à répondre à la demande de ses consommateurs qui souhaitent utiliser des solutions de Business Intelligence et de Data Visualisation.

Jusqu’à aujourd’hui, les entreprises se sont traditionnellement tournées vers des sociétés telles que Tableau pour visualiser leurs données. A l’origine, le logiciel de Business Intelligence basé à Seattle a été conçu pour fonctionner sur les serveurs de ses clients (solution On-Premise). Cependant, les entreprises le déploient de plus en plus dans les cloud ​​d’Amazon, de Google ou de Microsoft. De plus, un nombre croissant de sociétés adoptent la version SaaS de la solution de Business Intelligence.

Face à cette situation, l’acquisition de Tableau Software est une suite logique au développement de la plateforme CRM la plus utilisée dans le monde.

 

Une acquisition indolore pour les utilisateurs de Salesforce

Un des freins à l’utilisation d’une solution de Data Visualisation pour les clients de la plateforme CRM, était le risque de maintenir deux outils au sein d’une même entreprise.

Avec l’acquisition de Tableau, cette préoccupation disparaît. En effet, Salesforce dispose de ressources très importantes pour investir dans le développement de logiciel et fera en sorte que l’intégration se passe bien.

 

Peu de changements pour les utilisateurs de Salesforce et Tableau

Les clients communs des deux groupes seront ceux qui subiront le moins de changements, du moins au début. En effet, l’éditeur de la solution CRM prévoit de laisser Tableau continuer à fonctionner indépendamment depuis son siège actuel basé à Seattle.

A court terme, les directeurs informatiques qui utilisent les deux solutions n’auront pas besoin de prendre des mesures pour les fusionner.

À plus long terme, il faudra toutefois consolider et intégrer les deux outils, ce qui ne sera pas une tâche facile. En effet, l’intégration de deux logiciels développés de manières différente est parfois compliquée.

 

Les utilisateurs de Tableau ont le plus à craindre

Les clients qui utilisent uniquement la solution de Business Intelligence ont le plus à craindre, même s’ils seront courtisés.

En effet, les utilisateurs de la solution de Data Visualisation sont généralement connectés à des bases de données comme Oracle ou à des ERP comme SAP. Il est peu probable que Salesforce investisse beaucoup pour que Tableau continue à travailler avec des concurrents directs.

 

Les éditeurs de solution de Business Intelligence comme Qlik en périls

Cette acquisition risque de faire du mal à de nombreux éditeurs indépendants sur le marché. On pense notamment à la solution de Business Intelligence Qlik. En effet, cet éditeur a déjà été malmené par le passé lorsque Microsoft Power BI a lancé sa solution de Business Intelligence à 10$ par mois.

Cette nouvelle offre sur le marché, très intéressante pour les entreprises qui souhaitent centraliser leurs outils au sein d’une même application, risque donc de mettre en difficulté de nombreux éditeurs indépendants.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter