Low-tech : 3 innovations qui ont changé le monde

C’est un phénomène qui ne fait pas les gros titres. À l’heure de l’avènement de l’Internet des objets et de la maison connectée, les tutoriels de rocket stove et de concentrateurs solaires se multiplient sur les réseaux sociaux. Ainsi, certaines vidéos Youtube sur le sujet dépassent allègrement le million de vues. Peur de l’effondrement, précarité énergétique, engagement écologique, etc., ce regain d’intérêt pour la basse technologie (1) a des origines diverses. Ainsi, depuis des décennies, certaines start-up sont spécialisées dans ce secteur. Gros plans sur trois innovations techniques qui se distinguent par leur simplicité et leur efficacité.

 

 

1 – L’Hippo roller

 

 

« Small is beautiful. » L’Hippo Roller n’a pas besoin d’électronique pour fonctionner. Pourtant, cet appareil low-tech d’une simplicité enfantine a amélioré la vie de milliers de personnes dans le monde, particulièrement dans les pays en développement. Ce dispositif de transport de charge permet de déplacer facilement 90 litres d’eau. Un vrai plus pour les populations qui vivent dans des régions où l’accès au précieux liquide n’est pas facile. Inventé il y a près de 25 ans par une entreprise sociale éponyme, l’Hippo Roller a transformé le quotidien de nombreuses femmes – la corvée d’eau leur revenant souvent. À ce jour, près 55 000 hippo rollers ont été écoulés dans près de 48 pays, changeant la vie de près de 500 000 personnes, selon le site de l’entreprise.

 

 

2 – Le Mitticool

 

 

Le Mitticool est un réfrigérateur qui ne laisse pas de marbre. En effet, cet appareil low-tech parvient à conserver les aliments au frais sans électricité. Dans ce frigo d’un genre particulier, il fait 15 à 20°C plus frais qu’à l’extérieur. Dans les pays chauds, comme l’Inde, cet écart de température est salvateur – le mercure frôlant les 50°C dans certaines régions. Ce dispositif écologique a vu le jour en 2001, alors qu’un tremblement de terre venait de frapper durement l’État du Gujarat. Un potier nommé Mansukh Prajapati eut alors l’idée d’adapter le frigo berbère à la sauce indienne en créant une chambre froid en argile qui tempérait les aliments grâce à l’évaporation de l’eau. Ce réfrigérateur rustique fait un tabac utilisé dans les zones rurales non raccordées au réseau électrique.

 

 

3 – Le Foldscope

 

 

Observer le monde microscopique a toujours nécessité des appareils high-tech extrêmement couteux. Plus maintenant. En 2014, Manu Prakash, un scientifique de l’université de Stanford, a mis au point un microscope en papier qui coûte un dollar. Cet appareil low-tech, baptisé Foldscope, tient dans la poche et se monte comme un origami. Cet instrument pliable dispose d’un système optique minimaliste (lentille, lame, etc.). Néanmoins, il permet de diagnostiquer, sans avoir à transporter un appareil lourd et difficile à entretenir, certaines maladies infectieuses dans des régions reculées d’Afrique. C’est le cas par exemple de la leishmaniose et la schistosomiase, deux maladies provoquées par des parasites.

 

(1) Le concept de low-tech (ou basse technologie) a été formulé dans les années 1970 sous la plume de Ernst Friedrich Schumacher. Il désigne un ensemble de procédés techniques simple, accessibles à tous et respectueux de l’environnement.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter