Sous-traitance informatique : peut-on déléguer toutes les tâches ?

De plus en plus d’entreprises françaises ont recours à la sous-traitance informatique pour être plus compétitives et gagner en productivité. Elle représente d’ailleurs le type d’externalisation le plus répandu en France. L’informatique étant un ensemble de métiers, elle requiert une attention particulière qui peut très vite amener à perdre de vue l’essentiel. Les entreprises ont donc tout intérêt à confier leurs projets informatiques à des prestataires qualifiés.

Cependant, l’adoption de cette solution implique de prendre en compte de nombreux facteurs. L’informatique, bien que n’étant généralement pas le cœur du métier, constitue un pan sensible d’une entreprise. Les données manipulées sont cruciales et le non-contrôle de certaines tâches peut être désavantageux pour l’organisation. Il se pose donc la question de savoir s’il est judicieux de déléguer tous ses projets informatiques, notamment à travers l’externalisation.

 

 

La sous-traitance informatique est incontournable de nos jours

Que vous soyez une PME ou une grande entreprise, vous êtes appelé à gérer des tâches informatiques. Avec des équipements et des technologies qui évoluent sans cesse et offrent des performances de plus en plus élevées, l’informatique joue aujourd’hui incontestablement un rôle clé dans le succès d’une organisation. Le principal défi est donc d’arriver à trouver un personnel qualifié qui pourra effectivement mettre à profit les outils informatiques pour résoudre les problèmes de l’entreprise. De plus, les résultats attendus doivent être atteints avec un minimum de ressources et dans les plus brefs délais.

Mais pour y parvenir, ce personnel doit disposer de tous les moyens nécessaires. De plus, au regard de l’envergure des tâches, l’équipe devra comporter un certain nombre de salariés aux compétences variées. Ainsi, pour améliorer sa rentabilité, l’entreprise se retrouve à investir massivement dans un recrutement, puis dans la dotation en ressources du service informatique et dans les salaires à payer par la suite à chacun des informaticiens. Au bout du compte, la mise en place des systèmes informatiques s’avère alors très coûteuse, encore plus pour les PME, qui n’ont besoin que de quelques tâches informatisées pour être productives.

En conséquence, il devient plus raisonnable de déléguer les tâches. D’ailleurs, la majorité des entreprises ont compris l’importance de la sous-traitance informatique, notamment en ce qui concerne l’optimisation des dépenses. De fait, grâce à l’infogérance, elles peuvent contrôler leur budget et le faire correspondre à leurs besoins. La sous-traitance permet également de bénéficier d’un service de qualité supérieure. Les prestataires étant des spécialistes, ils peuvent répondre plus efficacement aux besoins de l’organisation. De plus, une forte compétitivité existe entre ces sociétés externes ou ESN (Entreprises de services du numérique). L’entrepreneur est donc sûr de trouver le meilleur service à un prix attractif.

Eu égard à tous ces avantages, il est tout à fait normal de vouloir confier l’entièreté de son parc informatique à un prestataire extérieur. Toutefois, certains chefs d’entreprises pourraient trouver inutile, voire désavantageux, d’externaliser certaines tâches.

 

 

 

 

Doit-on externaliser toutes ses tâches ?

Il n’est pas conseillé à une entreprise de laisser la gestion de toutes ses tâches informatiques à un prestataire externe, même si une telle forme d’organisation est bel et bien possible. Plusieurs raisons justifient cette affirmation.

 

L’entreprise doit protéger ses données sensibles

En dépit de ses nombreux avantages, la sous-traitance ou infogérance peut présenter certains dangers pour l’entreprise. L’informatique est l’un des secteurs affichant les plus hauts niveaux de contraintes de sécurité. Les acteurs du domaine sont appelés à manipuler des données sensibles qui peuvent être utilisées contre l’organisation. En déléguant les tâches impliquant l’utilisation de ces données, l’entreprise s’expose à des risques de piratage et d’utilisation abusive.

Bien entendu, le prestataire doit offrir une certaine garantie de sécurité et est tenu à une certaine discrétion, mais il est préférable de ne prendre aucun risque. À moins d’avoir affaire à une structure spécialisée dans la sécurité informatique, l’entreprise a tout intérêt à conserver le monopole de ses données sensibles, notamment celles en rapport avec ses secrets commerciaux.

 

L’entreprise ne dispose pas d’un budget illimité

Dans une entreprise, certaines tâches assez simples sont déjà à la charge d’autres employés. C’est le cas de la gestion des fiches de paie dématérialisées, qui est normalement incluse dans les attributs du comptable, ou encore du suivi des contrats électroniques et de l’archivage numérique, qui restent à la charge de la secrétaire et/ou du service d’archivage de l’entreprise. Il serait donc inutilement coûteux de confier ces tâches à une société extérieure.

Comme aucune entreprise, quelle que soit sa taille, ne possède un budget illimité, il ne faut externaliser que les tâches ne pouvant pas être exécutées par le personnel en exercice. De plus, un grand nombre de besoins en informatique sont ponctuels (migration des données d’un serveur à un autre, maintenance du parc, etc.). Le plus avantageux serait donc de recourir à un prestataire uniquement quand le besoin se fait sentir, dans le but de limiter les dépenses.

 

L’entreprise ne doit pas dépendre de l’ESN

Le prestataire sollicité pour l’infogérance étant avant tout une entreprise aussi, il peut rencontrer des problèmes en son sein. D’ailleurs, en raison de la sensibilité du domaine informatique, une telle éventualité doit être envisagée. En lui confiant tous ses projets, l’entrepreneur prend alors le risque d’handicaper tout son système en cas de problème. Voilà pourquoi il importe de garder le contrôle des tâches vitales ; ainsi, la boîte peut continuer de fonctionner normalement en attendant que l’ESN règle son problème.

 

 

 

 

Quelles tâches confier à un prestataire ?

En général, les missions sous-traitées sont relatives à des pans complexes de la gestion informatique, ou au contraire à des tâches secondaires. L’externalisation de ces de tâches, qui sont soit chronophages soit de faible importance, décharge l’équipe interne et lui permet de se concentrer sur les opérations les plus importantes.

En France, la prestation la plus externalisée est la maintenance et la gestion du parc informatique. Vous avez la possibilité de demander une assistance ponctuelle ou de souscrire un contrat récurrent pour l’infogérance.

En dehors de la maintenance, vous pouvez aussi sous-traiter la sécurité. Certains prestataires sont des experts en sécurité qui protégeront vos serveurs et vos données, dans le respect des dispositions du RGPD (Règlement Général sur la protection des données). Il est également possible d’externaliser la gestion des bases de données. Il s’agit là d’une tâche assez fastidieuse et très sensible qui ralentit le travail des employés.

Pour finir, le middleware est également un service parfait pour une sous-traitance. Des experts s’occupent d’améliorer la performance des logiciels internes pour aider l’entreprise à gagner en productivité. Le génie logiciel étant en constante évolution, il est rare qu’un salarié puisse valablement exécuter les tâches qui s’y réfèrent.

 

 

Lire plus d’articles sur DigiTechnologie :
– Découvrez les risques d’heberger un site sur wordpress, cliquez-ici
– Découvrez les solutions pour gérer les frais de déplacement, cliquez-ici
– Découvrez les différents types d’hebergeurs internet, cliquez-ici

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter