Qu’est-ce qu’un Business Angel ?

A la différence d’un fonds d’investissement, un Business Angel est une personne physique qui investit une partie de son patrimoine financier dans une ou des startups ayant un fort potentiel de croissance et un caractère innovant. La prise de participation est généralement inférieure à 20% du capital. L’objectif n’est pas de prendre les rênes de la structure mais de participer aux décisions et à la vie de la startup.

En France, on compte près de 5000 investisseurs individuels. Ce nombre est relativement faible quand on sait que les Etats-Unis en compte environs 500 000 et le Royaume-Unis environs 50 000.

Le ticket moyen en France est de 10 000 euros. Pour augmenter les montants à investir et diluer les risques, les investisseurs se regroupent au sein de réseaux comme France Angels.

 

Pourquoi faire appel à un Business Angel ?

La création d’une entreprise innovante nécessite d’avoir des capitaux pour pouvoir lancer l’activité. Le recours à des investisseurs permet de financer les premières dépenses (marketing, communication, matériel, etc…). Une prise de participation dans le capital d’une startup est également un très bon indicateur pour les banques. Cela facilite l’accès à l’emprunt bancaire.

Au-delà de l’aspect financier, les entrepreneurs qui font appel à un investisseur souhaitent pouvoir bénéficier de son expérience, de ses compétences mais également de son réseau. En effet, pénétrer un réseau est souvent synonyme d’accélérateur de croissance pour une entreprise.

De plus, les investisseurs n’ont pas vocation à rester au capital de la startup ad vitam æternam. C’est un point important à retenir, car il faudra prévoir une stratégie de sortie dans un délai de 3 à 5 ans.

 

A quel moment faire appel à un Business Angel ?

Contrairement au love money qui permet de financer la recherche et le développement (R&D), on fait appel à un Business Angel lors de la création de l’entreprise. C’est ce qu’on appelle la phase d’amorçage.

A ce stade, les montants n’atteignent pas encore des sommets. La moyenne se situe entre 250 000 € et 500 000 €. On est loin des 200 millions d’euros de fonds levés par BlaBlaCar ou des 400 millions d’euros par OVH. Pourtant, ces sommes permettent largement de lancer une activité et d’obtenir les premiers succès.

 

 

Il est important pour les entrepreneurs qui souhaitent lever des fonds de bien identifier les différentes typologies de financement. En effet, il n’est pas pertinent de solliciter des fonds de capital risque lorsqu’on est en phase de création. Cependant, les fonds se feront un plaisir de vous recevoir car leur métier leur impose d’avoir une vision du marché. Ils se doivent également de préparer l’avenir, mais vous perdrez beaucoup de temps. Il est important de cibler rapidement les bons interlocuteurs.

En phase d’amorçage, il existe une autre typologie d’investisseurs que l’on appelle Family Offices. Il ne s’agit plus ici d’une personne mais d’une structure qui gère le patrimoine financier d’une famille. Plus difficile à trouver, un Family Office a souvent un potentiel d’investissement important.

 

Plus d’articles sur les startups :
5ème promotion de Lafayette Plug and Play dévoilée, cliquez-ici

 

Votre Note
Vote pris en compte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter