Elon Musk forcé de quitter son poste de président de Tesla

L’été n’aura pas été de tout repos pour le patron de l’emblématique marque d’automobiles électrique Tesla. Enchaînant les bourdes et les tweets désastreux, Elon Musk avait été poursuivi en justice par la SEC, le gendarme de la bourse américaine. Finalement, il sera parvenu à arracher un accord à l’amiable lui imposant de quitter la présidence du groupe Tesla.

 

Le milliardaire excentrique

Elon Musk aurait été la source principale d’inspiration de l’équipe du film Iron Man en 2008 pour développer la nouvelle version de Tony Stark, un milliardaire de génie excentrique. Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’homme d’affaires n’a pas failli à cette réputation en enchaînant les interventions publiques désastreuses pour la marque de voitures électriques.

Tout a commencé au début du mois d’août quand il a annoncé sur Twitter qu’il avait l’intention de retirer son entreprise du marché boursier et qu’il avait déjà en sa possession les fonds nécessaires à l’opération. Cette annonce avait fait chuter le cours de l’action de 14 %.

Quelques jours plus tard, le patron de la marque de voitures électriques avait donné une interview au New York Times dans laquelle il avouait être totalement surmené, ce qui avait encore davantage inquiété les investisseurs. Enfin, pendant le mois de septembre, il avait fumé du cannabis en direct à la radio (voir l’article sur le sujet).

 

La SEC poursuit Elon Musk

À la suite de tous ces événements, le gendarme de la bourse avait alors annoncé entamer des poursuites judiciaires à l’encontre du milliardaire américain. Certes, ces poursuites ne pouvaient pas officiellement être justifiées par un peu de cannabis et l’aveu d’une dépression chronique, mais nul doute que la SEC souhaitait se débarrasser de l’homme d’affaires pour rassurer les investisseurs.

Officiellement, la SEC a poursuivi Elon Musk pour avoir induit en erreur les investisseurs et menacé la stabilité du marché en annonçant qu’il retirerait son entreprise du marché boursier. Elle réclamait alors que le milliardaire soit banni à vie de la direction d’une entreprise côté en bourse.

 

Un arrangement à l’amiable

Finalement, le milliardaire américain semble avoir retrouvé ses esprits et a négocié un arrangement à l’amiable avec le gendarme de la bourse américaine. À l’issue des négociations, il a dû renoncer à son poste de président du conseil d’administration de Tesla pour les trois prochaines années, mais il conserve la direction des opérations de l’entreprise. Cette situation fait suite à un récent remaniement au sein de la compagnie qui avait nommé le français Jérôme Guillen comme président en charge des affaires automobiles.

Le président de la SEC a estimé que cet accord serait suffisant pour rassurer les investisseurs, stabiliser l’action de la marque de voitures électriques et permettre à l’entreprise de poursuivre tranquillement sa croissance. Deux nouveaux présidents seront nommés et l’un d’entre eux prendra la tête du conseil d’administration. Enfin, l’homme d’affaires et Tesla devront verser chacun 20 millions de dollars d’amende.

 

Votre Note
Vote pris en compte

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Inscrivez-vous à notre newsletter