LinkedIn ferme son service en Chine

Linkedin a longtemps été confronté à un environnement difficile en Chine. Cette situation a incité Microsoft Corp, l’entreprise propriétaire du réseau social, à fermer son service sur le marché chinois 7 ans après son lancement. L’annonce de cette décision a été faite le jeudi 14 octobre 2021 par le réseau social.

LinkedIn abandonne le marché chinois face aux restrictions

Entre censure et protectionnisme, il est très difficile pour LinkedIn de mener correctement ses activités en Chine. C’est pourquoi, le réseau social américain a décidé de fermer son service déployé sur le marché chinois. LinkedIn est depuis longtemps soumis à des régulations strictes impliquant entre autres de plus grandes exigences de conformité vis-à-vis des règlements en vigueur. Sans surprise, les autorités de Pékin adoptent une attitude hostile face à la percée d’une firme américaine sur son territoire.

Dans ce contexte, LinkedIn va donc plier bagage et fermer son service de réseautage professionnel en Chine d’ici la fin de cette année 2021. Cet événement intervient sept ans après son entrée sur le marché chinois en 2014 par le biais d’une version plus limitée de sa plateforme. Dès le départ, LinkedIn devait intégrer des outils de censure et de renforcement de la confidentialité pour se conformer aux exigences de Pékin.

Cependant, les efforts entrepris par LinkedIn pour se mettre au niveau des exigences des autorités chinoises ont eu des répercussions néfastes sur ses services. Des critiques fusent aux États-Unis, comme quoi les services fournis par la plateforme portait atteinte à la liberté d’expression. En effet, les citoyens américains sont particulièrement attachés à ce volet de la vie publique partout dans le monde.

Depuis un an, la décision des autorités chinoises de renforcer davantage le contrôle et la régulation des sociétés du numérique a donc sonné la fin de l’aventure en Chine de LinkedIn.

Des difficultés multiples ont mis fin à l’expérience de LinkedIn en Chine

Dans son communiqué, LinkedIn a évoqué un environnement opérationnel difficile comme motif pour expliquer son départ prochain du marché chinois. Si les régulations ont impacté la performance de l’entreprise, le réseau social est également mis à mal par la forte compétitivité de concurrents locaux.

De même, la montée des tensions diplomatiques entre la Chine et les États-Unis pendant la présidence de Donald Trump n’a pas arrangé les choses. Les autorités de Pékin devenaient alors de plus en plus pressantes à l’égard du réseau social américain présent sur son territoire. Une nouvelle loi sur la sécurité des données impose d’ailleurs à LinkedIn et ses semblables de stocker une bonne partie de leurs données sur des infrastructures installées en Chine.

En même temps, Washington reproche parfois à LinkedIn une forme de complicité avec Pékin concernant le contrôle de l’information en Chine. Le service de réseautage professionnel était donc pris entre les deux administrations. La situation est devenue tout juste intenable.

Apparition d’une nouvelle application en vue

Quoi qu’il en soit, Microsoft Corp ne va pas totalement abandonner le terrain. L’entreprise travaille actuellement sur le lancement en Chine d’une nouvelle application pour des candidatures professionnelles, en remplacement de son service de réseautage professionnel. Ce service prendra l’appellation de « InJobs ». Il s’agit en quelque sorte d’une version simplifiée de LinkedIn, avec la recherche d’emplois comme base du concept.

Lire plus d’articles sur DigiTechnologie :
– Amazon coopère avec la Chine pour réguler les commentaires, cliquez-ici
– LinkedIn ajoute de nouvelles fonctionnalités au mode créateur, cliquez-ici
– Le réseau social de Microsoft lance son nouveau design en France, cliquez-ici
– La panne de Facebook fait gagner de nouveau utilsiateurs à Signal, cliquez-ici
– Un nouveau rapport fait le point sur la sexualité des astronautes, cliquez-ici
– La firme de Jeff Bezos modère les notes sur les livres de Xi Jinping, cliquez-ici
– Facebook propose une nouvelle gamme d’outils pour les entreprises, cliquez-ici

Share This